Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Julie Gayet : son engagement pour l'IVG lui colle à la peau

Ce week-end, Julie Gayet a été remerciée par la ministre de la Santé elle-même pour avoir affirmé sa position envers l'avortement. Julie Gayet, une femme engagée.

Actrice et réalisatrice engagée, Julie Gayet prend part à une nouvelle campagne. Après avoir dénoncé le mariage forcé des filles mineures dans un spot réalisé par Lisa Azuelos, la comédienne s'engage dans la campagne pour l'IVG.

Julie Gayet, son corps, son choix

Mariage forcé, postes de réalisateur trop peu occupés par des femmes... Julie Gayet défend de nombreuses causes en faveur de la femme. Sa dernière en date : l'avortement. Sur les réseaux sociaux, l'actrice française que l'on verra très prochainement dans un nouveau numéro de la série "Dix pour cent" sur France 2, arbore un tatouage (éphémère) "Mon corps m'appartient". Une prise de position qu'a saluée la ministre elle-même : "Un immense merci à Julie Gayet pour son engagement à nos côtés. #IVGcestmondroit"

Issu de la nouvelle campagne pour le droit à l'avortement, ce tatouage affirme haut et fort sa position envers l'avortement. Mise en place par Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, il y a plusieurs jours, cette nouvelle campagne vise à informer les femmes sur l'avortement. Car, plus de quarante ans après la loi Veil, force est de constater que de nombreuses femmes rencontrent encore des difficultés pour avoir accès à l'IVG. Lors d'une interview accordée à France Info, le matin de la mise en place de cette nouvelle campagne, elle expliquait que : "Le message que je veux faire passer aux femmes c'est que la liberté de disposer de son corps ne se discute pas. Il ne doit y avoir ni pression, ni jugement. Ni désinformation."

À ne pas rater