Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Julie Gayet menacée d'être égorgée par Maïwenn

On les pensait amies mais il n’en est rien. Maïwenn explique dans les colonnes du magazine Première les raisons de sa brouille avec Julie Gayet et révèle qu’elle a été jusqu’à la menacer de l’égorger !

Maïwenn sera de nouveau cette année au Festival de Cannes pour son dernier film "Mon Roi", en sélection officielle. En 2011, la réalisatrice y remportait le prix du jury pour "Polisse" et depuis, il faut compter sur elle dans le cinéma français. Malgré le succès, cette femme de 39 ans n'a rien perdu de son mordant et c'est Julie Gayet qui en a fait récemment les frais, comme le confie Maïwenn à nos confrères de Première..

Refus catégorique de Maïween

L'origine du conflit entre les deux femmes est le documentaire "Cinéast" de Julie Gayet, diffusé en 2013 sur Ciné+ Emotion. Dedans, celle qui a été au coeur du scandale médiatique le "Gayet Gate" veut démontrer que la parité n'existe pas dans le cinéma français. Un faux débat pour Maïwenn qui confie à Première : "on fait du tort aux femmes en râlant comme ça."

Irritée par cette polémique, Maïwenn décide qu'elle ne veut pas apparaitre dans le documentaire en question : "Julie m'avait proposé de participer à son film. Poliment, j'avais répondu que je n'avais pas le temps." Mais Julie Gayet n'a vraisemblablement pas tenu compte de la demande de Maïwenn et la montre quand même dans son documentaire, la filmant à son insu d'après les dires de la réalisatrice "Polisse". C'est même elle qui ouvre "Cinéast" !

"Je vais venir t'égorger de mes propres mains"

Quand Maïwenn découvre que Julie ne l'a pas écoutée, elle réagit très mal, comme elle le rapporte au magazine Première. "Elle avait pris des images ailleurs sans me demander. J'ai pété un boulon. [...] C'est un sujet sur lequel je ne veux pas communiquer parce que je le trouve bidon : je refuse ce débat car il n'existe pas ! Je l'ai appelée en lui demandant de me couper au montage, mais le film était déjà diffusé. Je lui ai dit : 'C'est simple, je vais venir t'égorger de mes propres mains si tu ne vires pas ma séquence'" peut-on lire.

Même si elle reconnaît avoir "été trop loin", elle a eu gain de cause. Son avocate a fait en sorte que les images d'elle dans le documentaire soient enlevées.

À ne pas rater