Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Julie Gayet au secours du cinéma français

Si Julie Gayet est à Cannes, c'est pour soutenir un certain cinéma. Comédienne mais aussi productrice, elle fait la promotion d'Ezekiel Film Production, société avec laquelle elle se propose d'aider le cinéma d'auteur français.

Après une montée des marches remarquée le week-end dernier, où elle a été photographiée brandissant une pancarte portant le message #BringBackOurGirls en soutien aux jeunes lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram, Julie Gayet passe aux choses sérieuses. Actrice mais aussi productrice, elle fait la promotion d'Ezekiel Film Production, une société qui se propose de soutenir le cinéma français.

Julie Gayet aime son métier et les gens qui le font. Mais pour venir en aide au 7e art, les mots ne sont pas assez, les actes seulement comptent. Alors, elle a créé sa société de production, s'associant au banquier libanais Antoun Sehnaoui. Le but ? S'adresser aux financiers pour "leur proposer du sur-mesure, et de mutualiser sur plusieurs projets plutôt que de mettre de l'argent sur un seul film parce qu'on a un coup de coeur", explique-t-elle dans une interview accordée au journal Métro.

Julie Gayet veut avec cela soutenir le cinéma français. Elle le fait déjà avec "Sils Maria", nouveau film d'Olivier Assayas en compétition officielle au festival de Cannes cette année. Un projet ambitieux et en anglais, de quoi le rendre "difficile à monter en France", de l'aveu même de la productrice. Mais c'est ce genre de défi qu'elle veut relever, pour garantir la survie d'un "cinéma intelligent".

"J'aime la diversité du cinéma français. Regardez le cinéma italien, qui était autrefois l'un des plus grands d'Europe. Un jour, ils ont cessé de produire leur cinéma national, et au final, le cinéma italien s'est effondré et c'est très difficile pour eux aujourd'hui. En France, il faut rester vigilant et ne jamais abandonner un cinéma intelligent, un cinéma national."

Une mission qu'elle s'est donnée et qui remplit bien son emploi du temps. A la question de devenir un jour elle-même réalisatrice, Julie Gayet répond sans détour. "Non, non, pas du tout. J'ai une trop grande estime pour les réalisateurs." Et de préférer se concentrer sur son métier d'actrice et ses prochains projets. "Je vais tourner avec Denis Ménochet [l'un des mâles virils du cinéma français] un film de Philippe Muyl. C'est une belle histoire d'amour entre une jeune pianiste qui va rencontrer un jeune type illetré et lui apprendre à lire. C'est un très beau film."

À ne pas rater