Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jim Carrey : The Mask, Le Grinch... ses 10 transformations les plus folles

Roi de la grimace et de l'humour potache, Jim Carrey a fait son beurre avec son talent indéniable pour la comédie et les transformations. De "The Mask" à "Batman Forever" en passant par "Dumb & Dumber", l'acteur canadien aime changer de peau. Florilège.

The Mask - 1994

Sans doute le rôle le plus emblématique de la carrière de Jim Carrey. Sous la caméra de Chuck Russel, le timide employé de banque Stanley Ipkiss se transforme en trublion à la face verte et à la tchatche devenue légendaire. Pour séduire la belle Cameron Diaz (dont c'est l'un des premiers rôles), il y prêt à tout. Un film culte.

Ace Ventura, détective pour chiens et chats - 1994

A la même époque, l'acteur canadien se glisse dans les chemises à fleurs du détective Ace Ventura. Qu'il soit en quête d'un dauphin disparue ou d'une chauve-souris manquant à l'appel (dans le second volet, "Ace Ventura en Afrique"), son personnage un brin barré ne se départit pas de sa banane.

Batman Forever - 1995

La saga "Batman" est propice aux transformations et maquillages devenus cultes. Dans le film signé Joel Schumacher (et pas vraiment resté dans les annales), Jim Carrey joue l'Homme Mystère dans son costume vert moulant, face à un Batman interprété par Val Kilmer.

Le Grinch - 2000

Difficile de reconnaître le comédien derrière le grimage de son personnage. Dans "The Grinch", Jim Carrey joue un ermite qui compte bien secouer Noël. Le sourire élastique et la peau verte du croque-mitaine sont devenus cultes, et on se prend à souligner la redondance de vert dans ses rôles... Y aurait-il un sens caché ?

Once Bitten - 1985

Dans cette comédie de vampires réalisée par Howard Storm, Jim Carrey joue Mark Kendall, suceur de sang aux dents longues qui part à la rencontre de "la Comtesse", interprétée par Laurence Hutton. Dans son costume des plus rétros, l'acteur est parfaitement décalé.

Dumb and Dumber - 1995

Dans la comédie des frères Farrelly (remise au goût du jour en 2014 avec un nouveau volet), Jim Carrey joue les idiots complets. Avec son copain, Jeff Daniels, lui aussi éleveur de lombrics, il enchaîne les gags lourdingues. Sa dent cassée et sa coupe au bol sont devenues mythiques.

Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire - 2004

Abonné aux rôles de vilains, Jim Carrey se glisse dans la peau (fripée) du comte Olaf dans cette comédie fantastique. Pas moins de 3 heures de maquillage quotidiennes étaient nécessaires pour peaufiner son personnage.

Le drôle de Noël de Scrooge - 2009

Le film de Robert Zemeckis, tourné avec la technologie de capture de mouvement, permet à l'acteur de se métamorphoser totalement. Une fois encore vieilli, il est méconnaissable dans la peau d'Ebenezer Scrooge.

Kick Ass 2 - 2013

Dans le rôle du colonel Stars & Strips, Jim Carrey affiche une gueule un brin cassée loin du jeune premier. Un look de guerrier parfait pour le film.

The Incredible Burt Wonderstone - 2013

Dans l'un de ses derniers rôles, Jim Carrey prend des airs d'Iggy Pop décoloré, affichant un tie-and-dye à nous rendre jalouse. En magicien qui n'a peur de rien - même à donner dans l'expérience gore, l'acteur donne la réplique à un Steve Carell brushingué.

À ne pas rater