Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jeannette Bougrab : "j'ai honte qu'on me crache dessus"

Invitée sur le plateau de l'émission "Le Grand 8", Jeannette Bougrab est revenue sur le déferlement de violence qui a suivi son interview sur BFMTV, le lendemain de l'attentat de Charlie Hebdo en janvier 2015.

Ce jeudi 28 mai 2015, Jeannette Bougrab était l'invitée de Laurence Ferrari sur le plateau de l'émission "Le Grand 8" sur D8. L'ancienne secrétaire d'État y présentait son livre "Maudites" aux éditions Albin Michel dans lequel elle dresse le portrait de plusieurs femmes fortes.

"J'ai voulu faire cette interview et je me suis effondrée"

Si elle évoque durant l'émission un certain nombre de combats menés par des femmes pour leur émancipation, son histoire avec Charb, caricaturiste de Charlie Hebdo tué lors des attentats de janvier dernier, est abordée. Car la chroniqueuse Hapsatou Sy, qui considère Jeannette Bougrab comme une femme extrêmement forte et déterminée, s'interroge lorsqu'elle écrit dans son livre : "Pour la première fois je marche la tête baissée dans la rue. J'ai honte que l'on me crache dessus. Honte qu'on ne croit pas en cet amour." La compagne de Charb revient alors sur son passage sur BFMTV (au lendemain des attentats) et qui a fait tant parler : "Quand on vous dit que votre mec vient d'être assassiné, vous restez chez vous pour pleurer ou vous vous dîtes qu'il n'est pas mort pour rien ? J'ai voulu faire cette interview et je me suis effondrée et deux jours après tombe la dépêche AFP (dans laquelle la famille de Charb dément "formellement l'engagement relationnel" entre Jeannette Bougrab et ce dernier, ndlr)."

Jeannette Bougrab : "J'ai pensé que j'allais mourir"

A partir de ce moment-là, tout s'effondre autour d'elle, et elle confie avoir pensé à la mort : "Je suis allée devant les chefs des Talibans, quand j'étais au Yemen à Sanaa il y avait des attentats Al-Quaïda, à Islamabad il y a eu 20 morts... je n'ai jamais pensé que j'allais mourir. Le seul moment où j'ai pensé que j'allais mourir, c'était au lendemain de cette dépêche AFP." Elle ajoute avoir reçu "des mails d'injures, des menaces... alors qu'[elle avait] perdu l'homme du reste de [sa] vie." Une période traumatisante et violente pour cette femme endeuillée. Mais début août prochain, Jeannette Bougrab quittera "Paris et son microcosme qu'[elle] ne supporte plus" pour Helsinki, en Finlande, où l'attend un poste d'attachée culturelle à l'ambassade.

"Maudites" de Jeannette Bougrab, aux éditions Albin Michel.

À ne pas rater