Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jane Birkin : "Quand Kate est morte, je suis restée à la maison pendant un an"

Le 7 décembre, Jane Birkin sera au Théâtre du Rond-Point, à Paris, pour jouer une dernière fois la pièce "Serge Gainsbourg, poète majeur". Dans une interview à RTL, la star a expliqué que c'est justement ce projet qui l'a aidée à refaire surface après le décès de sa fille aînée, Kate Barry, il y a deux ans.

Bientôt deux ans après le décès de sa fille aînée, Kate Barry, Jane Birkin reprend doucement pied. La chanteuse et actrice sera sur les planches du théâtre du Rond-Point à Paris le 7 décembre pour la dernière représentation de "Serge Gainsbourg, poète majeur" (avec Michel Piccoli et Hervé Pierre), une lecture de 69 textes de l'artiste.

Jane Birkin : "Je crois qu'il faut continuer"

Interviewée sur RTL, l'icône des années 70 est revenue sur la manière dont cette pièce l'a sauvée. "Quand Kate est morte, je suis restée à la maison pendant un an sans bouger du tout. Comme disait mon petit-fils Marlowe [fils de Lou Doillon, ndlr] : 'Tu étais avec nous, mais tes yeux ne voyaient rien'. Je me suis dit que ça serait bien de faire quelque chose qui me mette près des gens. Il y avait une lecture qu'on avait faite il y a un an. Piccoli avait l'air de vouloir continuer. Et je me suis dit : 'peut-être ça'. C'est la chose qui fait que je ne suis pas seule à la maison. Je crois qu'il faut continuer. Je sais pourquoi je suis là et je m'en voudrais de ne pas l'être si on peut physiquement le faire", a déclaré Jane Birkin.

Si les attentats l'ont profondément bouleversée, elle n'a pas envisagé une seconde d'annuler son spectacle. Sur le plateau du 20h de France 2, Jane Birkin a expliqué à Marie Drucker, plus tôt dans la semaine, avoir eu le sentiment que les Parisiens avaient au contraire besoin de se retrouver : "Je pense que les gens ont besoin d'être avec d'autres gens. J'étais place de la République et les gens vous serrent dans leurs bras. Ces personnes font tout comme il faut avec des bouquets de fleurs, des bougies. C'est d'une telle douceur... Je pense que c'est ça qu'il nous faut car ce qui s'est passé est terrible."

À ne pas rater