Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Jane Birkin pousse un coup de gueule : elle ne veut plus prêter son nom à Hermès

Voilà plus de trente ans que Jane Birkin prête son nom à un modèle de sac Hermès. Aujourd'hui, cependant, elle pousse un coup de gueule contre la marque de maroquinerie de luxe et souhaite ne plus prêter son nom.

Au début des années 1980, Jane Birkin rencontre le PDG d'Hermès à bord d'un vol Paris-Londres. Elle fait tomber son sac, se plaint de ne pas en trouver de plus pratique. Trois ans plus tard, Hermès lance le Birkin, créé en hommage à la chanteuse et actrice, ancienne compagne de Serge Gainsbourg.

L'Anglaise iconique a laissé la marque de maroquinerie de luxe utiliser son nom avec plaisir des années durant mais aujourd'hui, elle pousse un coup de gueule et souhaite faire débaptiser toute une gamme de sacs Birkin.

Le coup de gueule de Jane Birkin

L'objet de la discorde : la gamme de Birkin en peau de crocodile. De plus en plus sensible à la cause animale, Jane Birkin ne souhaite plus voir son nom associé à des sacs pour lesquels des animaux tropicaux et en voie de disparition sont tués. Dans un message adressé à l'AFP, la star revendique son choix et somme Hermès de débaptiser la gamme.

"Ayant été aler­tée par les pratiques cruelles réser­vées aux croco­diles au cours de leur abat­tage pour la produc­tion des sacs Hermès portant mon nom, en tant que signa­taire des péti­tions Mercy for animals de Joaquin Phoe­nix, protes­tant contre tout mauvais trai­te­ment envers les animaux, j'ai demandé à la Maison Hermès de débap­ti­ser le Birkin Croco, jusqu'à ce que de meilleures pratiques répon­dant aux normes inter­na­tio­nales puissent être mises en place pour la fabri­ca­tion de ce sac" déclare Jane Birkin.

Hermès, sommé de changer ses pratiques

Et cette dernière n'est pas la seule à s'élever contre Hermès. En juin dernier, la PETA a également demandé à Hermès de ne plus utiliser de peau de crocodile et d'alligator. Car même si Hermès fait partie de ces grands noms du luxe que l'on pense éthiquement responsables dans leur production, il semblerait que ce ne soit pas toujours le cas, du moins pour les modèles en peau de reptile, jamais vendu à moins de 33 000 euros. Carton rouge pour Hermès qui, on n'en doute pas, mettra tout en oeuvre pour mettre un terme à "l'abattage cruel" des crocodiles.

À ne pas rater