Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

J'ai les cheveux jusqu'aux fesses et je le vis bien, merci

.

Les cheveux longs sont associés, dans l'inconscient collectif, à l'idée de féminité absolue. Un stéréotype que tendent à combattre les femmes qui, aujourd'hui, choisissent de porter les cheveux rasés alias la "buzzcut". Pourtant, porter les cheveux longs voire très longs n'est pas toujours chose facile. Témoignage.

Il y a un détail qui ne passe certainement pas inaperçu chez moi : mes (très) longs cheveux qui m'arrivent quasiment aux fesses. Un détail qui est à la fois dans l'air du temps à en croire le hashtag "Long hair don't care" et à la fois qui interpelle voire me met en marge. Et, qu'on se le dise, ma chevelure attire résolument l'attention, aussi bien l'admiration que les remarques désobligeantes.

Être l'objet de curiosité

Il ne se passe pas une soirée sans que l'on me parle de mes cheveux. Il faut dire que ma crinière ne passe pas inaperçue, non seulement du fait de sa longueur, mais également par le fait que j'ai les cheveux épais et frisés. Un combo qui, je le concède, la rend inratable. A mi-chemin entre Khaleesi et Hagrid, ma chevelure éclipserait presque mon éclatante personnalité.

En présence de personnes étrangères à mon cercle habituel, la réaction de surprise est souvent de mise. "Wow tes cheveux sont super longs", "Tu ne les as pas coupés depuis combien de temps ?". Parfois même la soirée en appartement se termine avec des personnes que je connais à peine qui me lissent les cheveux. Effet Cousin Machin maximum. (True Story.)

Mes amis les plus taquins n'ont de cesse de trouver les meilleures comparaisons - qui me valorisent indéniablement - quand ce n'est pas le personnage de la Famille Adams, ce sera Merlin l'Enchanteur. Charmant.

D'autres s'inquiètent de savoir quelle est ma routine capillaire. Et, spoiler : elle est un peu contraignante. Elle implique un shampoing adapté à ma nature capillaire, l'application d'un démêlant doux, d'une bonne séance de démêlage et, enfin, de l'application d'un designer de boucles avant de les laisser sécher à l'air libre. Car, oui, la texture frisée de mes cheveux signifie que si je les coiffe une fois secs ou, pire, si je les sèche au sèche-cheveux, je finis avec la crinière - ingérable - d'Hermione Granger dans le premier "Harry Potter".

D'autres, enfin, s'inquiètent de savoir quand je vais enfin les couper. "Ça rafraîchirait ta coupe !", "Couper les pointes, ça les relancera", "T'en as pas marre ?". Un conseil : arrêtez de vous inquiéter les gars, je vis super bien mes cheveux très longs. Bien qu'à force d'entendre les avis des uns et des autres je me sens de plus en plus obligée de me justifier. "Non mais je vais bientôt les couper".

Non, je ne mène aucun combat

Mes cheveux ne sont l'expression d'aucun combat particulier, contrairement à ce que certains peuvent penser. Non je ne souhaite pas ressembler à un personnage de conte. Quoi que, éventuellement, à Jo March (alias Winona Ryder) dans "Les quatre filles du Dr March". Et non ce n'est pas la cristallisation de mon dégoût du patriarcat, contrairement à la démarche d'adopter la buzzcut.

Ma chevelure très longue correspond seulement à mon style. Et si on peut penser qu'arborer la crinière longue est signe de Vénus et me rend plus "féminine", ce n'est pas tout à fait vrai. Car comme tout ce qui est poussé à l'extrême, mes cheveux jusqu'aux fesses intriguent et sont symbole d'excentricité, qu'on se le dise.

Héloïse Famié-Galtier

À ne pas rater