Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Interview : Facehunter, chasseur de style pour Geox

Yvan Rodic alias Facehunter, l'un des pionniers du street-style sur le web, s'associe à Geox ce mois-ci pour réaliser une série de portrait autour d'évènements de la maison. Jusqu'au 14 novembre, il shootera entre Paris, Berlin, Milan et Barcelone pour dégager un mix des tendances de chaque ville. Puretrend a rencontré ce Suisse de 36 ans, amoureux de la photo mais aussi des chaussures.

Il y a le street-styler de renommée internationale déjà sollicité par de nombreuses marques Facehunter et il y a le photographe nomade toujours aux quatre coins du monde pour immortaliser une "esthétique" comme il dit, Yvan Rodic. Quand les deux se réunissent, ça donne entre autres, un ouvrage de photos sorti en septembre : "A Year in The Life of FaceHunter". Un tour de monde très visuel donc qui a donné une idée à Geox.
"Facehunter goes Geox", voilà le nom du projet donné au travail d'Yvan Rodic invité à créer son carnet de tendances après avoir visité 4 villes d'Europe : Paris, Berlin, Barcelone et Milan dans le cadre d'évènements Geox. Clients comme modeux comme curieux, tout le monde peut espérer être immortalisé par ce pro de la photo, personnage assez rare sous les projecteurs pour qu'on s'y intéresse.

Rencontre avec Yvan Rodic à Paris

Pourquoi une collaboration avec Geox ?

J'aime l'approche réaliste de la marque. C'est fashion mais en même temps, c'est confortable.

La chaussure, c'est important dans un look ?

C'est essentiel. La chaussure donne une âme au look.

Vous en possédez combien ?

15.

Pourquoi choisissez-vous de photographier telle ou telle personne ?

Je m'intéresse aux personnes à la personnalité et au style unique, pas aux fashionistas pure et dure.

Le street-style a évolué, les photographes sont toujours plus nombreux... ça vous enchante ou ça vous attriste ?

Le street-style est devenu le fashion-week-style. Parce que des looks de fashionistas à l'extérieur des défiles ça se veut bien mieux que des photos de filles stylées à Reykjavik ou Yerevan. Presque plus personne ne shoote dans la vraie rue, ce qui permet de me remarquer, puisque les fashion weeks ne représentent qu'une partie de mon terrain de chasse.

On entend souvent que pour se faire street-styler, il faut avoir du style. Un terme bien large. C'est quoi pour vous "avoir du style" ?

C'est être soi-même façon esthétique.

Vous voyagez énormément. Quelle est vote destination préférée ? Pourquoi ?

Je suis un grand fan du Brésil, de l'Islande, de l'Afrique du Sud, de la Russie, de l'Indonésie et de la Corée, parce que ce sont des pays d'une grande richesse culturelle mais qui - au-delà des clichés - restent méconnus du grand public.

Vous avez quand même un cocoon quelque part ?

Oui, à Londres.

Aujourd'hui, vous êtes davantage photographe que streetstyler... Comment fait-on pour s'ôter une étiquette aussi forte ?

Parce que dès le début je me suis intéressé, non seulement aux looks mais à la culture des lieux que je visitais.

Une personne que vous admirez ?

Jefferson Hack. (ndlr : actuelvisage Tod's )

Un style que vous détestez ? Ou une attitude ?

Les gens qui se prennent trop au sérieux.

Retrouvez tous les clichés de la collaboration Geox x Face Hunter sur Twitter et Instagram grâce au hastag #geoxontour.

A year in the life of Face Hunter, aux éditions Thames and Hudson, 18€


Propos recueillis par Chloé de Trogoff

À ne pas rater