Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Interview : Damir Doma x Mykita, créateurs de lunettes

D'abord l'Homme, puis la Femme, puis les accessoires, et enfin les lunettes. Damir Doma s'approche de son but, tout créer soi-même. Pour arriver à sa fin, un compagnon, Mykita. Avec la maison allemande, le créateur imagine des paires légères, sans aucune vis et aux matières inédites. Le début d'une nouvelle tradition pour les deux marques, présentée pendant la Fasion Week de Paris Printemps-Eté 2013. Rencontre.


Qu'aimez-vous dans le travail de l'un et l'autre ? Qu'ont-ils de similaires ?

Damir Doma : je pense que ce qui est intéressant c'est que nous sommes différents. Si on pense juste au matériaux, comme le cachemire et la soie par exemple, ce sont deux mondes et c'est ce qui m'intéresse chez Mykita et ce qui me rend intéressant pour Mykita.

Moritz Krueger : le plus évident, est que nous aimons tous les deux construire quelque chose. Pour nous ce n'est peut-être que le visage et pour Damir le corps entier, mais c'est la même recherche de la beauté dans la construction.

Vous vous connaissez depuis longtemps ?

D.D. : Qui ne connaît pas Mykita ? (rires)

M.K. : Nous nous sommes réellement rencontrés il y a trois ans. On discutait des idées de Damir pour une ligne de lunettes, mais beaucoup de football aussi. Il est un supporter du Bayern de Munich alors que je suis du nord de l'Allemagne et donc pour le Werder Brême... ça a été le début d'une longue conversation ! Enfin, ce qui était important, c'était de voir ce que l'on pouvait offrir à Damir, et je trouve que dans le résultat on peut voir de jolies choses de nos deux univers.


Comment êtes-vous arrivés à ces modèles ?

M.K. : On a appris l'un de l'autre...

D.D. : C'était très logique. D'abord identifier que pourrait être mon identité dans les lunettes, ce qui est le dessus, et ce que pouvait apporter Mykita, ce qui est évidemment la monture et la technique. Puis la question, quel est ma forme ? Qui est évidemment le rond.

Pourquoi des lunettes ? Vous en portez vous même, c'est un accessoire important pour vous ?

D.D. : Je ne dirais pas que les lunettes sont aussi importantes que les chaussures, parce que sans on ne peut pas marcher, mais je pense que c'est très important quand on pense à un look complet. Mon idée a toujours été de tout créer moi-même.

M.K. : Oui, et elles sont quand même juste en plein milieu de la figure...

Et selon vous alors, une paire de lunettes sont faites pour mieux se montrer ou se cacher ?

M.K. : une bonne paire de lunettes, ce sont des lunettes avec lesquelles on ne se sent pas habillé, mais qu'elles soulignent votre personnalité.

D.D. : Je pense que cela dépend vraiment de la personne. Pour beaucoup, ceux qui en ont besoin, c'est un souci de trouver la paire parfaite, pour d'autres c'est juste un accessoire de mode. Surtout aujourd'hui, on porte des lunettes comme un statement.

Votre première paire de lunettes, elle ressemblait à quoi ?

D.D. : Elle ressemblait à celles que je porte aujourd'hui, rondes. Je n'ai eu besoin de lunettes que tardivement, il y a trois ans environ ma vue s'est dégradée.

M.K. : Ma première paire de lunettes, j'avais 12 ans. C'est ma mère que les avaient choisies, et elles étaient plutôt à son goût à elle, rondes noires avec des branches rouges.

Cette nouvelle ligne, c'est un moyen d'élargir votre renommée ?

M.K. : ça marche automatiquement dans les deux sens. Damir peut introduire Mykita à travers sa mode et les personnes qui suivent son travail comme l'inverse. Grâce à Damir nous serons dans les meilleures adresses mode et grâce à Mykita il sera chez les meilleurs opticiens.

Y aura-t-il une autre collection ?

M.K. : Oui, c'est juste la naissance de la collaboration. C'est le début. Nous croyons aux traditions, nous en commençons une nouvelle avec cette collection.


Propos receuillis par Caroline Lazard et Marijke Zijlstra

À ne pas rater