Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Interview : Charlotte Olympia et sa "Vie en Rose"

Rencontre avec Charlotte Olympia lors de la présentation de sa collection Printemps-Eté 2013 à Paris.
Rencontre avec Charlotte Olympia lors de la présentation de sa collection Printemps-Eté 2013 à Paris.

Nouvelle saison, nouvelles inspirations. Charlotte Olympia présentait à Paris "La vie en Rose". Sur les étagères en verre, des créations délicates à l'équilibre parfait, entre clichés romantiques de Paris et un second degré délicieux. Charlotte Dellal y prend plaisir et ça se voit, même ses chaussures plates ont une sensualité particulière. Au milieu des paires imaginées pour le Printemps-Eté 2013, la créatrice britannique nous dévoile son univers, le tout cadencé par des super hauts talons. Rencontre.

Comment êtes-vous devenue créatrice de chaussures ?
J'ai toujours voulu faire de la mode, depuis que je suis toute petite, mais je n'ai décidé de me spécialiser dans les chaussures qu'une fois mes études entamées. J'étais certaine de vouloir faire du prêt-à-porter, et très intéressée par la corseterie, les détails surtout. Mon professeur m'a donc suggéré de faire des chaussures. En fait je ne pouvais pas m'empêcher de dessiner différentes chaussures qui iraient avec toutes les tenues. Donc je me suis lancée, et j'ai adoré. Je suis allée à Cordwainers, j'ai appris comment faire des chaussures. J'en suis tombée amoureuse j'imagine... (sourire).

Les collections Charlotte Olympia ont toujours quelque chose de nostalgique. D'où cela vient-il ?
C'est l'essence de la marque. J'adore les années 40, 50, le vieil Hollywood, le glamour... J'adore le glamour ! Donc ça transparait toujours dans les collections. J'imagine que ça fait partie de moi, c'est personnel, j'aime ça. Et puis j'adore cette époque qui est, je pense, très riche en accessoires. Tout le monde portait un chapeau, des gants, des chaussures, et le sac coordonné. Elle m'inspire donc beaucoup. C'est aussi l'époque à laquelle les gens avaient l'habitude de s'habiller et aimaient ça. Vous savez, s'habiller pour soi, et pas juste le vendredi soir pour sortir. L'art de s'habiller et de se sentir bien. J'adore ça. Et j'aime que les accessoires aient un certain sens de l'humour. A cette époque ils créaient des pièces amusantes et qui restaient élégantes. Ils vous faisaient sourires. Comme les Croissants, des escarpins classiques, mais avec un croissant dessus !

Comment avez-vous créé cet univers qui vous est aujourd'hui si spécifique, les modèles à plateforme notamment ?
Évidemment je suis une femme créant des chaussures donc j'ai commencé par créer des chaussures que je voulais porter, et j'ai toujours adorés les talons super hauts. Je suis petite, enfin pas si petite que ça, mais j'ai toujours voulu être grande. Et puis il y a quelque chose de sculptural dans les talons super hauts. J'aime aussi le sentiment qu'elles procurent. Donc quand j'ai commencé, j'en ai fait mon identité, je ne faisais que des chaussures de 145 mm. Puis j'ai introduit les chaussures plates, donc super haut ou super bas, deux extrêmes. Et aujourd'hui il y a les tailles moyennes, 125, 110, 85, 35...

La matin, devant votre armoire, vous pensez d'abord à vos chaussures pour choisir votre look ?
Le plus souvent, oui... Parce que comme vous pouvez imaginer j'ai beaucoup de chaussures...

Combien de paire avez-vous ?
En fait, je fais faire les échantillons à ma taille (rires). Donc à la fin, je récupère toutes les shoes, dans tous les cas, j'y ai accès.

Donc les chaussures sont la base de votre look ?
Parfois oui, surtout quand j'ai fait une nouvelle collection, parce que c'est tout nouveau. J'ai des favoris, car je ne porte que mes propres créations. Mes chaussures de tous les jours, croyez-le ou non sont les compensées hautes. Oui, c'est certain, j'aime m'habiller des pieds à la tête. Aujourd'hui par exemple j'ai voulu mettre mes sandales Colette surmontées de têtes de caniches, donc j'ai mis mon ensemble imprimé caniche avec.

Quels sont vos préférés ?
C'est très difficile d'avoir des chouchous. C'est comme mes bébés... J'ai des paires qui sont vraiment spéciales pour moi, disons que j'archive, j'en commande trois juste au cas où je les use. J'aime vraiment mes chaussures, ce qui veut dire que je les porte jusqu'à ce qu'elles "meurent".

Quelle est la première paire dont vous êtes follement tombée amoureuse ?
Ce doit être une paire de chaussures appartenant à ma mère. Elles étaient super hautes, dorées, des shoes Gucci d'une époque révolue. J'avais du mal à marcher dessus d'ailleurs quand j'étais jeune. Ma mère me les a données, je les ai toujours.

Vous avez un secret pour rester sur de hauts talons toute la journée ?
J'aime penser que, enfin, je pense, personnellement, que mes chaussures sont confortables. Je les teste, les essaye, je serais une sorte de martyr ou masochiste si j'étais une femme créant de hauts talons inconfortables. Donc j'essaye de trouver l'équilibre parfait, et la hauteur parfaite. Je n'irais jamais plus haut que 145 ou 150 mm notamment, il y a une certaine limite. Tout est dans l'équilibre.

Vous portez vos modèles plats ?
Oui ! J'ai deux garçons maintenait (rires) ! J'adore porter mes talons, mais je mentirais si je vous disais que je ne porte pas de plat. Je portais plus de talons avant, enfin disons que je porte mes chaussures plates plus souvent aujourd'hui. Il faut être réaliste, je ne peux pas leur courir après en talons de 145.

En images, découvrez la collection Charlotte Olympia pour le Printemps-Eté 2013.

Marijke Zijlstra

 

À ne pas rater