Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Instagram censure Jouissance club un compte qui détabouise la sexualité

.

Lundi soir, Instagram a supprimé le compte Jouissance Club qui traite de sexualité en toute intelligence. Une censure qui a fait bondir de nombreux internautes et comptes engagés, qui ont souhaité relayer cette sanction et son caractère injustifié. Un geste qui laisse entendre qu'en 2019 encore, le sexe est tabou, comme tendent à le prouver de nombreuses statistiques quant à la méconnaissance qu'ont les jeunes de leur propre corps. 

Jouissance Club réunissait près de 100 000 abonnés et a été supprimé sans plus de procès par Instagram car "il allait à l'encontre des règles de la communauté". Pourtant, le compte abordait le sexe avec intelligence et était loin de proposer un contenu considéré comme "obscène". Que l'on se rassure, Jouissance Club est déjà de retour sur le réseau social. Mais cette censure - qui a de quoi faire gronder la révolte - nous questionne sur la place qu'a le sexe aujourd'hui et les tabous qui l'entourent encore.

Un compte décomplexé et instructif

Le projet lancé par le compte Jouissance Club (et bien d'autres encore) est tout à fait noble. En effet, il propose d'aborder le sexe de manière décomplexée, instructive et bienveillante, le tout accompagné de la touche d'humour qu'il faut. Des "sextips" qui peuvent inspirer les célibataires comme les couples et qui ne se cantonnent pas à l'hétéronormativité.

Pour accompagner ces conseils avisés, Jouissance Club propose des dessins tout aussi instructifs. Voilà ce qui a été jugé offensant par "la communauté d'Instagram" : des dessins. Et c'est un peu alarmant, alors que le réseau social regorge de contenus pornographiques qui envahissent les hashtags les plus populaires.

Comme lorsque Instagram a censuré la photo d'une modèle "plus size' pour "pornographie", avant d'invoquer une "erreur", on peut penser une nouvelle fois que le réseau social choisit bien mal ses combats. On apprend également que Jouissance Club n'en est pas à sa première censure et attaque avec ce nouveau compte "le 3ème round".

#Sexualityisnotdirty, le hashtag de la révolte

Pour répondre à cette censure, le hashtag "#sexualityisnotdirty" ("la sexualité n'est pas sale"). En 2019, il serait temps, en effet, de dé-tabouiser une fois pour toute ce sujet. Mais les lacunes restent immenses en matière de sexualité, surtout lorsqu'il s'agit du sexe féminin. Il faut certainement rappeler que le clitoris fut le grand absent des manuels scolaires jusqu'en 2016.

Pour sensibiliser à cette question, le nouveau compte Jouissance Club (soutenu par le compte Gang du clito, entre autres) pointe du doigt le manque d'informations. "Les cours d'éducation sexuelle sont obligatoires de la primaire jusqu'au lycée. Pourtant, ils sont pour les 3/4 passés à la trappe, abordés de façon superficielle ou pas du tout", peut-on lire. Difficile, en effet, de se rappeler un cours réellement complet à ce sujet lors de notre scolarité.

Ces lacunes entraînent, sans surprise, une méconnaissance criante de son propre corps, notamment chez les jeunes filles. Et les statistiques le confirment :

"Selon le haut conseil à l'égalité, un quart des adolescentes de 15 ans ne savent pas qu'elles ont un clitoris et 83% n'en connaissent pas sa fonction", indique Jouissance Club dans un post.

"84% des filles de 13 ans ne savent pas comment représenter leur sexe alors qu'elles sont 53% à savoir représenter le sexe masculin".

S'ensuivent d'autres statistiques qui prouvent la nécessité de comptes engagés pour palier à ce manque d'éducation sexuelle. N'est-il pas inquiétant de lire que "un tiers des 18-24 ans pensent que les femmes peuvent prendre du plaisir à être forcées lors d'une relation sexuelle" ? Et de conclure : "Nous sommes plusieurs comptes à tenter de palier à ce manque d'informations de façon bénévole, engagée et bienveillante. En censurant nos comptes, Instagram contribue à cette méconnaissance sexuelle et renforce les tabous déjà présents autour de la sexualité".

Un mouvement de soutien, de sensibilisation et d'engagement à ce sujet est donc plus que jamais nécessaire.

À ne pas rater