Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Igor et Grichka Bogdanoff, canons en 1977 : une vidéo ressurgit

Désormais plus célèbres pour leurs visages difformes que leurs théories sur la physique, les frères Bogdanoff n'ont pas toujours été ces extraterrestres du PAF. En 1977, ils étaient même de très très beaux jeunes hommes... 

"Gueules d'extraterrestres" proclamées, Igor et Grichka Bogdanoff font partie de ces people dont le physique est devenu un sujet de conversation inépuisable. Leurs pommettes et leurs mentons saillants, qu'ils nient avoir retouchés, leur confèrent un air pour le moins inquiétants. Mais leur transformation physique est assez récente : avant les années 2000, les jumeaux scientifiques étaient deux hommes tout à fait normaux. Et si on remonte encore plus loin, au début de leur carrière, les frères Bogdanoff étaient carrément canons.

Igor et Grichka Bogdanoff, deux bombes sur le plateau de TF1 en 1977

En 1977, les frères Bogdanoff font la promotion de leur premier livre, "Les Clefs de la science-fiction". Invités sur le plateau de Danièle Gilbert, présentatrice de TF1, Igor et Grichkka font sensation avec leur aisance et leur physique avantageux. Igor, la voix posée, le regard franc, explique le contenu de ce livre tandis que Grichka, plus discret, suit attentivement.

Quel chemin parcouru depuis les années 70 ! Les célèbres jumeaux, sans l'avoir jamais avoué, ont modifié leurs traits, perdant leur visage humain. Lorsque Laurence Ferrari, sur le plateau du "Grand 8", leur demande s'ils ont déjà recouru à la chirurgie esthétique, les frère Bogdanoff répondent : "Bah non, jamais en fait. C'est une question qui nous est posée souvent. Et non. En réalité, on répond toujours invariablement. Soit on ne répond pas, ce qui arrive. Soit on répond non. Et on a une troisième voie, qui consiste à dire 'Pour quoi faire ? On vient d'ailleurs'". Réponse étrange et évasive, comme chaque fois que le sujet est abordé. Interrogés une autre fois par Philippe Vandel sur leur transformation physique, ils avaient choisi à nouveau d'éluder la question : "On ne sort de l'ambiguïté qu'à son détriment".

À ne pas rater