Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Haute Couture Automne-Hiver 09-10 : Elie Saab

Défilé haute Couture Automne-Hiver 09-10 : Elie Saab
Défilé haute Couture Automne-Hiver 09-10 : Elie Saab

Les présentations de couture s'agrémentent parfois d'un brin de crème fouettée. La cerise sur la meringue, chez Elie Saab , ce sont les stars présentes dans la salle. Il est vrai que le designer libanais a bâti le succès de sa marque éponyme sur leurs apparitions sur les " red carpets ". Ces vedettes assistent également volontiers aux défilés de leur couturier favori. Pour lever un coin du voile sur ces apparitions, chacun suppute dans le petit milieu de la mode que, dès qu'une maison représente un certain chiffre d'affaires, ces vivants témoins de l'engouement pour ladite griffe, reçoivent des émoluments pour assister à leurs présentations. Ceci jette nécessairement un voile sur l'authenticité de leur participation, mais les photographes et télévisions des premiers rangs jouent le jeu. Ils peuvent alors photographier ou interviewer à loisir la personnalité en question sans craindre qu'elle ne demande à revoir les images pour sonner son accord. Intérêt pour la maison ? Que l'on sache qu'une telle était là en espérant une légende appropriée dans les journaux. Intérêt pour les photographes et leurs agences ? Enrichir leur base de données des " people " du moment et diffuser leurs photos, y compris aux titres de presse qui n'en ont rien à faire de savoir à quel défilé ladite actrice, chanteuse ou égérie, était présente. Ce matin-là, chez Elie Saab, Joanna Preiss et Mélanie Laurent figuraient parmi les " special guests ".

Le défilé était prévu pour 12h30 mais ne commença que 45 bonnes minutes plus tard. Un " cravate rouge ", parmi les agents de sécurité employés pour encadrer le placement des invités avait parié sur l'heure de démarrage : lui tablait sur un bon quart d'heure de retard, tandis que j'étais certain que rien ne commencerait avant 13h00. A 13h11, je lui rappelais que j'avais gagné mon pari. Voilà à quoi l'on passe le temps en attendant que démarrent ces défilés qui font rêver la planète ! Car du rêve, il y en eut : un rêve tout en blanc - comme Chanel la saison dernière- dans le grand salon du Pavillon Cambon - comme Chanel la saison dernière- sur des robes ornées de camélias " méduse ", comme Chanel pour sa collection printemps-été 2004. Le blanc se teinte ici parfois légèrement de crème, comme dans les meilleures pâtisseries. Après la collection, une journaliste américaine se demandait : " Etait-ce toutes des robes de mariée ? ". Ce n'était sans doute pas le propos d'Elie Saab. Il cherchait plutôt à démontrer par le blanc qu'il pouvait rivaliser ici avec les meilleurs. Honnêtement, l'exécution, pourtant améliorée par rapport à la saison précédente, n'en reste pas moins assez lourde dans la conception. Elle correspond sans doute à l'esthétique d'une clientèle dont le goût ne saurait rivaliser avec celle d'un Valentino qui, en son temps, avait aussi choisi le blanc pour démontrer la virtuosité. Malgré de louables efforts vers davantage de sobriété, Elie Saab parviendra-t-il jamais à se défaire d'une pesanteur qui le classe davantage parmi les décorateurs démonstratifs que parmi les architectes textiles de la fluidité? Dommage qu'il ne renouvelle pas suffisamment sa créativité cette saison, car il fût un temps où sa couture portable semblait promettre davantage.

 

Jean Paul Cauvin

À ne pas rater