Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Gigi Hadid : son agresseur confie que le top lui a ouvert la lèvre !

Il s'appelle Vitalli Sediuk et c'est l'homme à l'origine des farces dont ont été victimes Gigi Hadid et Kim Kardashian lors de la Fashion Week. Contacté par "La nouvelle édition", il a répondu aux questions de Daphné Bürki ce vendredi 7 octobre 2016.

Décidément, cette Fashion Week aura été mouvementée... Malgré elle, Gigi Hadid aura fait parler d'elle puisqu'elle a été la victime, le 22 septembre dernier à Milan, du "farceur" professionnel des stars, Vitalli Sediuk, à la sortie du défilé Max Mara.

Gigi Hadid soulevée par un mauvais plaisantin à Milan

Le jeune homme qui, profitant d'un mouvement de foule autour du mannequin, s'est faufilé près d'elle pour la soulever n'a pas tardé à lâcher prise puisque la jeune femme, bien décidée à ne pas se laisser faire, lui a assené un coup de coude bien senti au visage , une fois l'effet de surprise passé. Bien décidée à poursuivre l'importun qui a pris ses jambes à son cou, le top a été retenu par ses gardes du corps.

Pas effrayé pour un sou, l'homme qui aurait été journaliste auparavant réitère l'opération à Paris cette fois-ci. Alors que Kim Kardashian s'apprêtait à entrer dans un restaurant, il s'est rué vers la bimbo pour tenter de lui embrasser les fesses. Raté puisque le garde du corps de la star a réussi à l'intercepter en le plaquant violemment au sol.

Le farceur se confie à Daphné Bürki sur C8

Après ces incidents médiatisés, le farceur de 27 ans a été interrogé par Daphné Bürki pour "La nouvelle édition" sur C8 ce vendredi 7 octobre 2016. Au micro de la journaliste, il a alors confié : "Elle m'a ouvert la lèvre, elle a frappé vraiment fort ! Je ne me plains pas parce que c'est moi qui ai commencé. (...) Je comprends qu'elle ait eu peur... Si on m'avait soulevé, moi aussi j'aurais eu peur !" Mais pourquoi continue-t-il de le faire alors ?

À ne pas rater