Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Françoise Hardy "ressuscitée" grâce à son fils, Thomas Dutronc

Elle a cru mourir cet été. Atteinte d'un cancer depuis maintenant dix ans, Françoise Hardy a passé trois semaines dans le coma suite à une chute. Alors qu'elle s'était préparée à partir, son fils Thomas a tout fait pour la sauver et l'a "ressuscitée".

Françoise Hardy est sortie d'affaire. Pour le moment du moins. La chanteuse a frôlé la mort cet été après une chute qui l'a plongée dans le coma. Si son état était aussi critique, c'est parce qu'elle se bat contre un lymphome depuis maintenant dix ans. À l'hôpital, les médecins n'avaient plus d'espoir. "Trois semaines d'in­cons­cience, trois semaines au bout desquelles les méde­cins ont appelé mon fils – qui venait tout le temps à l'hô­pi­tal – pour lui dire : 'Bon... C'est la fin. Il faut que vous préve­niez votre père tout de suite'", a raconté Françoise Hardy dans "Toute une histoire".

"Il me tenait la main"

Mais son fils Thomas, né de son mariage avec Jacques Dutronc, ne s'est pas résigné à la laisser partir : il est restée à son chevet jusqu'à ce qu'elle sorte du coma. "Thomas venait très très souvent. Il me lisait des textes de Georges Bras­sens et il me tenait la main. Il me dit que, de temps en temps, j'ou­vrais les yeux. Que quand j'ou­vrais les yeux, il sentait un tel courant d'amour entre lui et moi que fina­le­ment, il sortait de l'hô­pi­tal réchauffé", poursuit l'interprète de "Message personnel".

Même s'il connaissait les derniers souhaits de sa mère - mourir sans en avoir conscience -, Thomas Dutronc a saisi la dernière chance de la soigner : lui faire subir deux lourds traitements. "Thomas était au courant de mes souhaits, explique Françoise Hardy. Quand tous les méde­cins étaient d'ac­cord pour dire : 'Bon, là, elle s'en va. C'est foutu.', il s'est dit : "Foutu pour foutu, filons-lui les deux chimios'". Et il a pris la bonne décision : "C'est ça qui m'a ressus­ci­tée. Il faut le savoir !".

À ne pas rater