Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dries Van Noten

Défilé Dries Van NotenParis Printemps-Eté 2012
Défilé Dries Van Noten Paris Printemps-Eté 2012

City lights chez Dries van Noten

Dries van Noten s'est plutôt bien démarqué pour cette saison aux inspirations disparates. Aux vêtements d'aujourd'hui se mêlent des silhouettes chargées d'histoire, d'histoire de la mode. D'entrée de jeu une robe noire et blanche au dos décollé renvoie aux volumes de Balenciaga, un grand volant couture, bien que traité en popeline de coton noir, marque d'un geste culturel la présentation et s'imprime dans les mémoires. Blanc sur blanc, on devine les broderies délavées du costume de torero ou celles encore plus riches du vêtement d'académicien, comme des évocations par touches pâles du costume dans ce qu'il a de plus brillant.

Très tôt arrivent les imprimés, imprimés de dessins de fleurs issus d'un livre de botanique, imprimés photographiques de feuilles de palme, paysages tourmentés tirés d'une estampe ancienne. Sur un même modèle simple, robe droite de coton blanc, les différents imprimés se confrontent, placés avec goût, comme les tableaux d'une exposition.

Plus tard une bande-son plus qu'urbaine nous entraîne dans les embouteillages, et progressivement les robes bleu nuit s'illuminent d'imprimés "lumières dans la nuit" : gratte-ciels, Golden Gate bridge, Vegas. C'est le fruit d'une ingénieuse collaboration avec James Reeve, photographe britannique rencontré à Hyères en 2010 alors qu'il présidait le Festival. Des robes du soir urbaines et poétiques aux imprimés photographiques "city lights" placés une fois encore de façon très judicieuse.

Dries van Noten est connu pour économiser ses effets, alors une fois, une seule, le créateur anversois superpose aux fenêtres des gratte-ciels quelques pierreries de couleurs.

 

Paquita Paquin

 

 

À ne pas rater