Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dominique Besnehard : ''Ségolène Royale n'est pas méchante, elle est mesquine''

Dominique Besnehard présente Casino d'Hiver, au Salon du Livre le 22 mars 2014 à Paris.
Dominique Besnehard présente Casino d'Hiver, au Salon du Livre le 22 mars 2014 à Paris.

Pour la sortie de son autobiographie Casino d'hiver, l'agent le plus respecté des stars, Dominique Besnehard, raconte aux journalistes les coups de cœur qu'il a eu dans sa carrière pour certains acteurs. Mais il dit aussi ce qu'il n'a pas aimé, et ça peut faire très mal...

Dans Casino d'hiver, son autobiographie publiée aux éditions Plon, le pape des agents de stars Dominique Besnehard revient sur la relation qu'il a entretenu avec les stars du 7ème art. Il sera l'invité de Vivement Dimanche sur France 2 le 27 avril 2014. Dernière rencontre en date, celle de Scarlett Johansson qui a reçu un césar d'honneur le 28 février dernier. Et Dominique n'est pas franchement très tendre avec l'actrice américaine lorsqu'il se confie au Figaro :

"Scarlett Johansson m'a déçu. Elle n'a pas dit un mot dans notre langue et sur le tapis rouge, elle a été incapable de citer un film français. C'est étonnant. D'habitude, les Américains sont toujours très préparés. Moi, si je monte sur scène au festival du film africain à Ouagadougou, je me renseigne".

Mais celle qui a eu le don d'exaspérer Dominique Besnehard au plus au point, n'est pas une comédienne. Il s'agit de Ségolène Royale, pour qui il a été conseiller de 2006 à 2009. Dominique a récemment confié lors d'une interview accordé à Gala :

"J'étais amoureux d'elle, de son trajet, de son destin. Ce sont surtout les Guignols de Canal+ qui ont mis à mal notre relation. Elle passait pour une marionnette entre mes mains. Je comprends pourquoi elle a choisi de m'écarter. Mais c'est la façon dont elle l'a fait qui m'a profondément blessé. Dans le cinéma, on s'explique. En politique, on tue. Ségolène n'est pas méchante. Elle est mesquine. C'est pire !"

Heureusement Dominique a aussi gardé quelques bons amis parmi les stars qu'il a côtoyé :

"Nathalie Baye a été un véritable garde-fou. Une soeur idéalisée. C'est une fille d'artistes, droite, avec des valeurs. Nous avons fait connaissance en 1981. Elle s'est bien gardée de me dire qu'elle était tombée amoureuse deJohnny Hallyday. La relation de Johnny et de Nathalie a déconcerté les gens. Elle était considérée comme une actrice intellectuelle. Après leur rupture, elle a connu une petite traversée du désert. Je l'ai imposée sur de nombreux projets, comme Vénus beauté. Notre relation est unique. Je l'accompagne souvent dans sa maison de la Creuse".

Au sujet de la sulfureuse Béatrice Dalle, amie de longue date, Dominique admet avoir rencontré de véritables difficultés :

"Le problème de Béatrice, c'est qu'elle vit les choses intensément, quitte à se brûler. le jour où elle a décidé d'arrêter l'héroïne, elle m'en a parlé. je me suis senti impuissant. Je n'ai jamais pris de drogue. Avec Joey Starr, c'était passionnel, ils se sont déchirés pendant dix ans. Mais c'est son mariage avec un détenu, en prison, qui m'a le plus décontenancé. Heureusement, elle a fini par quitter cet homme, lorsqu'il est devenu violent avec elle. Béatrice est attirée par les hommes blessés. Je ne me fais pas trop de souci pour son avenir, elle retombe toujours sur ses pieds. Je l'aime pour la vie".

Et comme Sophie Marceau avant lui, Dominique Besnehard se permet une petite sortie sur l'affaire Gayet-Hollande :

"Je ne me fais pas de souci pour Julie Gayet. Elle ne devrait pas s'installer à l'Élysée, le pire est donc passé. La pression médiatique va se stabiliser. Si elle n'avait été qu'actrice, sa vie professionnelle serait devenue compliquée. Sa chance est d'être aussi une productrice indépendante très respectée dans l'industrie. C'est une citoyenne du cinéma".

Mais l'agent des stars a été moins tendre avec le Président de la République :

"Je suis féministe et le communiqué de François Hollande pour annoncer leur séparation m'a gêné.Valérie Trierweiler a été maltraitée. Je suis sûr que beaucoup d'électrices sont encore choquées".

À ne pas rater