Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Doit-on se permettre de critiquer les tenues de Millie Bobby Brown ?

.

Spoiler alert : non.
Propulsée comme superstar grâce à la série Netflix "Stranger Things" à seulement 14 ans, Millie Bobby Brown a déjà tout d'une grande actrice hollywoodienne. Mais surtout les atours. Certain.e.s estiment même que malgré son jeune âge l'actrice a tendance à porter des tenues qui la vieillissent et qui la sexualisent. Une photo récemment postée par la jeune fille sur Instagram a de nouveau déclenché une polémique. Sous l'afflux des remarques, Millie Bobby Brown a piqué un coup de gueule.

C'est une Millie Bobby Brown excédée qui a répondu à plusieurs "attaques" sur Instagram. En effet, il y a quelques jours, la jeune actrice de 14 ans a posté sur le réseau social une photo d'elle dans une robe moulante et arborant des talons. Un cliché qui a été jugé choquant par certains internautes qui ont été nombreux à dire à la jeune fille qu'il vaudrait mieux qu'elle "fasse son âge". Il n'en fallait pas plus pour qu'elle sorte de ses gonds.

Un discours moralisateur qui ne passe pas

S'il est révoltant de voir la jeune actrice de 14 ans hyper-sexualisée par les médias depuis le succès de "Stranger Things", a-t-on vraiment le droit de lui dire quoi faire ? Pas vraiment. On est, certes, en droit de trouver que la nouvelle tenue partagée par Millie Bobby Brown sur Instagram la vieillit, mais on doute de l'efficacité de spammer la jeune actrice pour lui rappeler qu'une telle tenue ne sied pas à son âge.

L'afflux de ce type de commentaires a été tel que Millie Bobby Brown a souhaité réagir en story. Elle a ainsi écrit : "Je sais que sous ma dernière photo tout le monde veut que je "fasse mon âge" mais pour être honnête, c'est mon compte Instagram et si j'ai choisi de poster cette photo et que vous ne l'aimez pas... Continuez à scroller".

Ce qui ne va pas dans ce procédé de remarques répétées c'est bien le côté moralisateur. Mais aussi que sous-couvert de bienveillance certains virent à la critique frontale. Un procédé que l'on retrouve notamment lorsqu'on remarque la focalisation systématique qui est faite sur le poids des stars. D'ailleurs, le point commun est que cela ne concerne que le corps féminin.

En effet, les homologues masculins de Millie Bobby Brown n'ont pas à faire face à ce genre de remarques. C'est le corps féminin qui est mis à mal et c'est, encore et toujours, aux femmes que l'on dicte ce qu'elles doivent faire ou ne pas faire. Alors exiger de l'actrice de "faire son âge" n'est finalement ni plus ni moins qu'un discours moralisateur ascendant sexiste.

L'hyper-sexualisation n'est pas la faute des femmes

Ce qu'il faut comprendre c'est que ce n'est pas aux femmes de changer - que ce soit leurs tenues ou leurs comportements - mais bien à ceux qui veulent sexualiser leurs corps et, par conséquent, le regard que l'on porte sur le corps féminin. Ce sont bien les médias qui ont, dès le départ, sexualisé la jeune fille, elle, de son côté, ne fait que vivre sa vie. Même si celle-ci est "hors-norme" pour une ado de 14 ans.

À bien y regarder, il n'y a rien d'offensant dans la photo de Millie Bobby Brown. Il faut aussi penser que l'actrice est également à la conquête d'un milieu hollywoodien qui, on le sait, est loin d'être féministe et égalitaire. Un star-system qui a ses propres codes, ses propres diktats, auxquels, on a certes le droit de ne pas adhérer - et à raison - mais qui se doivent d'être suivis si on veut y être intégrée pour de bon. Surtout lorsqu'on est une femme et qu'on doit donner deux fois plus pour y parvenir.

Bien sûr, on voudrait qu'il ne soit plus question de jeunisme ou de discrimination raciale pour les femmes à Hollywood et que ces dernières aient les mêmes chances devant et derrière la caméra que les hommes. Mais en attendant plus de parité et d'égalité de chances ne nous trompons pas d'ennemis. Critiquer les femmes ouvertement et leur donner tous les tords ne fera certainement pas avancer les choses. Pire, ne fera que les rabaisser encore plus.

À ne pas rater