Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Documentaire : profession, escort girl

Pour payer leurs études, les factures ou pour élever leurs enfants, des femmes, jeunes ou moins jeunes, basculent dans la prostitution. Mais ne les appelez pas prostituées, elles se qualifient d'"escort girls". Une dénomination plus chic, mais pour quelle réalité ? France 5 retrace cinq parcours de femmes dans "Escort girls, une vie dans l'ombre".

"Nous, on arrête de faire la pute à 17 heures, on rentre chez nous et on s'occupe de nos enfants. Y a que le client qui nous voit." Une bribe de témoignage à retrouver ce soir, à 20h40 dans "Escort girls, une vie dans l'ombre", sur France 5. Le documentaire de Sarah Lebas revient sur cinq parcours de femmes, mères de famille ou étudiantes, qui offrent leur corps contre de l'argent.

Prostituée vs escort : quelle différence ?

Elles s'appellent escort girls et non prostituées. Un terme entré dans le langage courant, tout comme call girl, mais qui désigne quoi, au fond ? Dans le monde des travailleurs et travailleuses du sexe, être escort se veut plus chic, plus classe.

A la différence d'une prostituée "lambda", qui va à la rencontre du client sur le trottoir, l'escort travaille cachée. On entre en contact avec elle via une agence en ligne ou par téléphone. Elle se déplace alors directement chez son client, l'accueille chez elle ou dans toute autre lieu de son choix.

Le contenu de la prestation lui aussi varie. Car comme le sous-entend le terme d'escort, sa mission première est de tenir compagnie. Dans le cadre d'une soirée mondaine, de loisirs ou de voyages, l'escort se fait passer pour la compagne du client. Les rapports sexuels ne sont pas obligatoires, même s'ils sont très courants.

"La différence entre l'escort et la prostituée", confie une travailleuse du sexe à la revue Prostitution et Société (n°153), "c'est que la première passe sa soirée avec un seul client. C'est une différence de classe. On n'invite pas au restaurant une prostituée de rue."

Prostitution de luxe

Le portrait-robot de l'escort girl s'en ressent. Les tenues ultra sexy ou vulgaires sont à éviter. Pour faire illusion auprès du client, ce sont d'autres qualités que la seule plastique qui sont demandées. Comme la conversation et une certains culture générale. C'est pourquoi les étudiantes et diplômées tirent leur épingle du jeu.

Les tarifs apposés aux prestations sont eux aussi d'un autre niveau. Là où la prostitution tire les prix vers le bas, concurrence oblige, certaines escorts demandent parfois des sommes astronomiques en échange de leurs services. Parmi elles, on en connaît qui ont su brillamment se reconvertir, à l'image de Zahia Dehar.

Des femmes-objets

On a beau parler d'argent "facile", les conditions de travail de ces ouvrières du sexe ne font pas rêver. "Nous n'avons pas le droit de prendre quelques kilos sans les voir se multiplier sur les forums Internet, pas le droit d'être malades sans nous faire insulter parce que nous ne sommes plus disponibles au moment pile où ces messieurs le désirent ; un objet ne tombe pas malade" (Prostitution et Société, n°153).

Pas de quoi effrayer les clients, qui, s'ils en ont les moyens, peuvent s'offrir les services des escorts. Ainsi, le site Madmoizelle a publié le témoignage de l'un d'eux , qui a testé, pour "l'expérience". Et qui en tire un bilan plutôt positif. Il détaille la sélection, "basée sur un mélange de photos, de commentaires postés par des précédents clients et de spécifications plus 'techniques' (mensurations, âge, langues parlées, boisson favorite et l'incontournable 'ouverture d'esprit', quant aux actes sexuels pratiqués."

Le sexe, justement, fait partie intégrante de la profession. Le même client vante "l'évidente expérience du plaisir masculin et la sublime maîtrise de certains actes sexuels" de l'escort à laquelle il a eu affaire. Le sexe, l'éternel nerf de la guerre.

L'escort, fantasme du grand écran

Il n'y a pas que les clients que l'escort fait rêver. Le cinéma et la télé aussi se sont épris de cette figure féminine. De "Belle de jour" de Luis Buñuel avec Catherine Deneuve à "Cliente" de Josiane Balasko, en passant par "Jeune et jolie" de François Ozon ou encore le cultissime "Pretty Woman", avec Julia Roberts dans la peau d'une escort girl qui connaît le destin de Cendrillon (avec un client bon chic bon genre qui tombe amoureux d'elle), le septième art n'a pas fini de lui dérouler le tapis rouge au cinéma.

A la télé aussi, l'escort intrigue. Elle est même la star d'une série sur Showtime, "Journal intime d'un call girl". De quoi renforcer son image glamour. Mais qui n'enjolive pas la réalité, où les ennuis financiers et les réseaux le dispute au choix de vie de quelques-unes.

Pour en savoir plus sur l'envers du décor, rendez-vous ce soir, à 20h40 sur France 5 avec "Escort girls, une vie dans l'ombre".

À ne pas rater