Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dead Man Talking : les 1001 nuits de Patrick Ridremont

Sans doute connaissez-vous le mythe de Shéhérazade : celui d'une jeune femme dont les histoires passionnent tellement son bourreau qu'il lui laisse la vie sauve tant qu'elle n'a pas fini de les conter. "Dead Man Talking" reprend ce concept dans une version plus moderne (quoi qu'un peu perdue dans le temps) au travers d'une tragi-comédie signée Patrick Ridremont. Un réalisateur et acteur principal aux côtés de Virginie Efira qui s'offre un rôle à contre-emploi et de François Berléand, flic morose. Le scénario inédit et original donne un souffle anticonformiste à ce premier long-métrage de Ridremont mais souffre tout de même de quelques petites étourderies, décryptage.

Le pitch : Difficile de donner une époque ni même un lieu à l'intrigue de "Dead Man Talking". Nous savons simplement que William Lamers est un condamné à mort. Son passé violent a pris le dessus lorsqu'un couple assez mal intentionné écrase en voiture son chien. Seulement voilà, Lamers découvre rapidement une faille pour sa condamnation : la loi ne précisant pas combien de temps peu durer sa dernière déclaration, il en profite pour dérouler le fil de sa vie, échappant jour après jour à son exécution. Certains y voient le parfait concept d'un reality show, d'autre un gigantesque enjeu politique et médiatique.

Difficile d'oublier le passé théâtral de Patrick Ridremont quand on découvre son premier long-métrage. Sa gestuelle quelque fois caricaturale s'impose au milieu d'une histoire sordide mais sans pour autant nous contrarier. Car ce qui fait l'originalité de "Dead Man Talking" outre son scénario, c'est la facilité de pouvoir faire rire -ou sourire- au travers d'une histoire funeste. La bouffonnerie du Maire, humour belge digne d'un personnage d'Hervé désole son entourage, Virginie Efira la première puisqu'elle n'est autre que sa conseillère. Les anecdotes autour des personnages aussi meublent (plus ou moins bien) le "hors-les-murs" de la prison de William Lamers. L'histoire de la vie de ce condamné ouvre les yeux de ceux qui l'écoutent, dévoile les facettes des autres ou émeut un public dont on n'aperçoit que les silhouettes. Émouvant et féroce à la fois "Dead Man Talking" peut pour certains souffrir d'une empreinte trop moralisatrice mais se rattrape par son scénario atypique.

Une jolie fable funeste à découvrir dès aujourd'hui au cinéma.

Aurélia Baranes

Découvrez également au cinéma "Les Amants Passagers" de Pedro Almodovar et "Jack le chasseur de géants".

À ne pas rater