Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

David Pujadas : pourquoi le JT de France 2 a boycotté le livre de Trierweiler

Huit jours après sa sortie, le livre de Valérie Trierweiler est ce qu'on appelle un succès de librairie. Mais son contenu est loin de faire l'unanimité. Le JT de France 2 ne lui a d'ailleurs consacré qu'une poignée de minutes en tout est pour tout. Dans Le Nouvel Observateur, David Pujadas explique pourquoi il a choisi de ne pas en parler.

Entre devoir d'information et choix éditorial, David Pujadas et la rédaction du journal de 20 heures de France 2 ont tranché. Alors que "Merci pour ce moment", le livre choc de Valérie Trierweiler, est sorti en librairie le 4 septembre dernier, provoquant un tsunami dans la classe politique française, la chaîne a préféré se montrer pour le moins synthétique face au phénomène.

La veille de sa parution surprise, le présentateur du JT de France 2 y a consacré moins de deux minutes. Une séquence courte, pour appuyer un fait : ce n'est pas un livre politique. Une info martelée par Nathalie Saint-Cricq, éditorialiste de la chaîne. Point final, tirez les rideaux.

Alors que le pavé dans la mare lancé par l'ancienne Première dame s'est déjà écoulé à 170 000 exemplaires et que 270 000 de plus ont été imprimés, David Pujadas et son équipe ont fait le choix de ne pas s'étaler sur le sujet. Une décision pointée du doigt par certains, comme le chroniqueur politique Bruno Roger-Petit.

Dans Le Nouvel Observateur, le journaliste de France 2 a tenu à expliquer ce choix éditorial, au nom du tri de l'information. "Nous assumons de faire des choix, de hiérarchiser l'information." Peu enclin à se laisser "happer par le courant", le roi de la blague qui tombe à l'eau a consciemment balayé le livre, qui est avant tout pour lui "le cri de douleur d'une femme meurtrie".

"Oui, le journal de 20 heures de France 2 n'a pas rendu compte du livre de Valérie Trierweiler. Quel scandale à l'époque de la 'nouvelle société de l'information'. Celle où tout serait bon à prendre, où tout se mélange, où tout serait équivalent, la pulsion et la curiosité, où toute actualité aurait le même statut de marchandise à la grande bourse de l'information. Et si de temps en temps, on pouvait dire stop ?".

Une façon aussi de ne pas légitimer un ouvrage qu'on sera libre de juger comme intime, sinon voyeuse.

À ne pas rater