Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dans les pas de Roger Vivier, au Palais de Tokyo : Virgule et autres talents

Après Alaïa au Palais Galliera, Olivier Saillard s'impose comme commissaire  de haut vol, avec une deuxième exposition, cette fois-ci au Palais de Tokyo, sous le nom de « Virgule, etc. » « Dans les pas de Roger Vivier ». Une évocation du chausseur visionnaire à travers 170 souliers.

Roger Vivier avait compris ce principe qu'une chaussure à haut talon ne fonctionne que si la pointe au sol se trouve à l'aplomb du milieu du talon du pied. Ce principe respecté, la ligne du talon peut alors emprunter toutes les sinuosités imaginables et Roger Vivier ne s'est pas privé d'en inventer de nouvelles, comme le talon virgule.

Dans le cadre du " fashion program " le Palais de Tokyo s'emploie depuis septembre 2012 à lancer des expériences de mode inédites, réinventant les codes de présentation de la couture, des accessoires, et de la beauté. L'exposition " Virgule etc. " occupe depuis le 29 octobre, le plateau brut de décoffrage au sous-sol du palais de Tokyo appelé " Saut du Loup ". 170 souliers, signés Roger Vivier, créés à partir des années 30, et réunis par 0livier Saillard après des recherches dans différentes collections et musées du monde. Ils côtoient une vingtaine de modèles de Bruno Frisoni qui assure la création artistique de la maison Roger Vivier depuis 2002. Avec respect et modernité, il fait évoluer la marque en maison d'accessoires de luxe, symbole d'un chic parisien incarné avec élégance, par son ambassadrice, Inès de la Fressange. L'honorable talon Virgule est devenu une véritable ponctuation dans sa création.

Olivier Saillard et le scénographe Jean-Julien Simonot, ont décidé d'une installation qui serait le pastiche d'un musée au charme désuet du XIXe, avec ses vitrines destinées à l'objet conservé. Pour contrebalancer, ils ont repris les archétypes d'un Louvre ou d'un Prado, les souliers se sont substitués aux oeuvres d'art, dont elles empruntent les titres et les rôles, comme un pied de nez à l'art et à la mode. selon des thématiques qui répondent aux inspirations même de Roger Vivier, à son goût pour l'art africain (qu'il collectionnait), l'art de l'Orient, la peinture française et anglaise du XVIIIe siècle et la peinture moderne.

L'exposition nous propose donc de visiter un " département des Antiquités Égyptiennes ", une évocation des " Ecoles du Nord ", la " Galerie des Postimpressionnistes ", la " Nef des Sculptures Italiennes et Espagnoles ", la " Galerie du Pop Art " etc.Celle des " Grandes Pompes " présente forcément les cuissardes " Cordoue ", " Cancan " ou " Mimosa ", mais aussi, les mocassins créés pour Cary Grant en 1969, et même le bottillon zippé pour John Lennon.

Au " Pavillon des Arts Premiers et des Arts Primitifs " : ces folles sandales - masque créés en 1967 pour la collection africaine d' Yves Saint Laurent, reprenant, sur l'empeigne, un masque africain.

Des chaussures signées Roger Vivier, Roger Vivier pour Christian Dior, Roger Vivier pour Yves Saint Laurent ou Roger Vivier tout court. Celui qui a créé les plateform shoes du couronnement de la reine d'Angleterre était le seul fournisseur à pouvoir apposer son nom à côté de celui de Christian Dior. Il suivit ensuite Yves saint Laurent (pour lequel il crée fameux mocassin à boucle argentée de Catherine Deneuve dans Belle de Jour), avant d'ouvrir, en 1963, sa propre maison.

La salle des talons, le contraire d' une salle des pas perdus, présente les différents talons inventés par Vivier. En vitrine, mais aussi, répertoriés à la façon scientifique des plahyunches d'un herbier grâce aux dessins de Pascale Laurent agrandis et reproduits en papier peint.

Roger Vivier voit la chaussure comme une sculpture dont il ne cesse de questionner la forme : "Depuis toujours la ligne me passionne, confiait-il, cinq cents fois je refais mon dessin pour vérifier la justesse de l'idée et respecter l'architecture du pied".

Les talons sont ses lignes de force, du talon aiguille, qu'il fut le premier à lancer en 1954, au talon "Etrave" (1958), et du talon "Choc" (1959) au sinueux talon "Virgule", voulu comme le manifeste de sa propre griffe dès 1963.

Paquita Paquin

Exposition talon virgule, etc.
Dans les pas de Roger Vivier
Au Palais de Tokyo
Du 29 Octobre au 18 Novembre
Du 2 au 21 octobre : 12h à 21h
Du 23 octobre au 18 novembre : 12h à minuit

À ne pas rater