Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Dans le dressing de Mareva Galanter

"At Joe Allen's bar Paris...waiting for a journalist...would u have a tea with me!!?" 5:30 AM.Oct 19th. Voici le message de Mareva Galanter sur son Twitter. Mareva s'ennuie. Normal, la journaliste de Puretrend n'arrive pas. Rencontre, avec une demi-heure de retard...

Mareva, comment a été votre Fashion Week ?

Elle a été simple et courte, rien à voir avec les marathons mode de certaines fashionistas. Elle a été très simple car je n'ai eu qu'un seul défilé, celui de Jean Charles. Et pour moi c'était assez d'émotions et de stress. Je suis toujours très stressée lorsque Jean Charles prépare un défilé... comme lui lorsque je prépare un concert. Pour moi, la fashion week c'est vivre les collections de Jean Charles. Et en ce qui concerne les autres créateurs, je ne suis pas une fashion addict, je ne cours pas les défilés mais j'aime bien les regarder en ligne après...

La dernière collection de JCDC, était un hommage à Tahiti... et plus particulièrement à vous. Ça fait quoi de recevoir une preuve d'amour sur un podium ?

C'est la plus belle déclaration d'amour au monde, je suis pas sûre que beaucoup de femmes aient la chance d'avoir une collection qui leur soit dédiée entièrement. J'ai été tellement touchée que j'ai appellé ma mère, qui ne connaît absolument rien à la mode, pour lui dire que pendant le défilé, il y avait son nom en tahitien ainsi que celui de mes frères brodés sur une tenue, et qu'il y avait même une robe avec une photo de moi, et ma maman m'a répondu "ah bon??", sans s'en rendre vraiment compte. Ce qui est fou, c'est que cet été les gens qui porteront du Jean Charles de Castelbajac, porteront aussi de l'amour...

Vous qui vivez la fashion week à la fois en backstage et sur les premiers rangs. Pouvez-vous nous expliquer la différence ?

Pendant les défilés, il y a les premiers rangs, où l'on arrive en tant qu'invité, on s'assoit et on assiste à un show où l'on se fait photographier. En ce qui me concerne, ce n'est pas du tout comme ça que je vis les défilés de Jean Charles. Je suis la création en amont pendant des mois. Et assister aux défilés de Jean Charles, au premier rang ou ailleurs, c'est assez unique, car ceux sont de vrais spectacles. On est plus que des invités, on est des spectateurs.

La mode pour Mareva, c'est ?

C'est un phenomène de société. On crée la mode en fonction de sa personnalité, comme une façade qui retranscrit un état d'esprit ou un état d'âme. La mode, c'est ce qu'on a envie de montrer aux autres. Et avec Internet, aujourd'hui tout le monde a le pouvoir de créer son identité avec la mode.

Dans votre émission, "Do you Do you scopitone", vous avez une garde-robe très sixties. Le vintage, c'est une passion pour vous ?

Pour l'émission "Do you Do you scopitone", Didier Ludot m'ouvre généreusement son dressing. Et ce look vintage, je l'ai surtout eu pour l'émission car dans mes looks quotidiens, j'ai très peu de pièces vintages. J'ai été à fond look années 60 avec mon premier album "Ukuyeye", avec des robes sixties coupées au genoux, la frange très épaisse. Puis avec mon deuxième album, je me suis retrouvée dans un studio en Angleterre avec des rockers, et là j'ai très vite changé de style... Malgré mon amour pour la mode des années 60, je ne suis pas dans une fabrication de personnage par rapport à des années précises.

Le style Mareva, c'est :

Des pièces confortables... Ça rend dingue mon mec d'ailleurs ! Cet hiver, je vais opter pour des leggings, j'ai découvert ça et je ne peux plus m'en passer, c'est tellement confortable et doux à porter. Mon style en hiver, c'est porter des pièces chaudes, une lubie qui vient de mon côté "fille des îles", car m'habiller chaudement a été un long apprentissage. Quand je suis arrivée à Paris, il y a 10 ans, j'ai eu énormément de mal à m'habiller en hiver car je ne connaissais pas la superposition.

Les pièces de votre hiver ?

Des leggings, une paire de boots, mon perfecto doublé Balenciaga, et je pense que la pièce incontournable de mon hiver sera un manteau plaid que Jean Charles faisait beaucoup dans les années 70, une pièce que j'adore, qu'il réédite cette année.

La mode... avant d'être une histoire d'amour avec un créateur, c'était aussi une passion ?
Absolument pas... D'ailleurs ce n'est toujours pas une passion aujourd'hui. Ayant grandi sur une île, un endroit où les soldes et la fashion week n'existent pas, c'est très difficile pour moi d'être une fashion addict aujourd'hui. Mon passé à Tahiti me permet aujourd'hui d'entretenir une certaine distance avec la mode.

Vos premiers émois mode ?

Petite, quand je trouvais une robe belle dans un magazine, je découpais la page et la donnais à ma couturière qui me faisait l'identique avec du tissu paréo.

Comment était votre look à 15 ans, 25 ans, et comment serez-vous lookée à 35 ?

A 15 ans, je portais des robes en paréo et j'exhibais en guise de rébellion un panier en feuilles de cocotier tressées. À 25 ans, je traversais une période de transition. Je vivais à Paris et je cherchais mon style. Je portais des robes en laine avec un col roulé, je trouvais mon look basique et ennuyeux. Et c'est entre 25 et 35 ans que je suis en train d'apprendre à créer mon identité vestimentaire.

Votre dressing ressemble à ?

C'est un joyeux bordel structuré, la pièce devient de plus en plus petite parce que je garde tout. J'aime bien m'y retrouver, chaque chose est à sa place. Il y a le portant des tops, le portant des manteaux, celui des jeans et des jupes, et je ne sais plus comment ranger mes chaussures. Ce qui est assez contradictoire, c'est que lorsque je voyage, je ne prend que le strict minimum, 3 ou 4 pièces, et je m'en contente à merveille !

La pièce dont tu as le plus honte :

Les robes tahitiennes... Mais peut-être que je peux les ressortir cet été, leur redonner un revival tendance, en faisant croire que c'est la dernière collection JCDC...

Les pièces fétiches de votre dressing :

Mon perfecto Balenciaga doublé, et un manteau YSL noir en cachemire que Jean Charles m'a offert il y a 9 ans et une veste en boiled wool de Undercover grise.

La pièce que vous portez tout le temps :

Mon jean Brand, mes bottesMargiela et une robe marin Topshop, ma veste noir un peu destroy Veronique Branquinho , mes T-shirts Urban outfitters , et Panda Kunst , ah et mon dernier achat un long pull manteau de Rick Owens !!!

Votre futur achat mode ?

Je suis à la recherche de cuissardes noires plates.

Vos créateurs fétiches :

J'étais très fan des collections Chloé par Phoebe Philo, j'aime beaucoup Margiela, Alexis Mabille, Giambatista Valli, Heimstone, la collection Stella Mac Cartney pour Adidas pour promener mon chien, Balmain et JCDC.

Votre pièce fétiche JCDC :

Une robe en mousseline camouflage très fine de la collection couture. C'est une pièce que je garde précieusement.

Avez vous déjà eu envie de dessiner une ligne de vêtements ?

J'ai très envie de dessiner une ligne de maillot de bain parce que pendant très longtemps, j'ai cherché le maillot de mes rêves. C'est quelque chose que je ferais avec beaucoup de plaisir, car je sais exactement quelle ligne je veux. A Tahiti, on a vraiment le sens du bikini, on le porte comme une seconde peau...

Quel est votre Parcours shopping à Paris ?
Quand je veux faire un shopping efficace, je vais chez Iris, rue de Grenelle. J'y trouve toujours des supers chaussures. J'aime aller régulièrement chez Noir Kennedy dans le Marais pour y trouver des chemises, des T-shirts, j'aime aussi trainer dans la boutique Aimecube, rue vauvilliers, au 66 sur les champs Elysées, le Bon Marché..Et lorsque, je veux offrir des cadeaux, j'aime beaucoup aller chezHermes, on y trouve toujours de très jolies choses...

Dans votre sac, il y a...

Une écharpe, mes Ray ban, mon agenda Hermes , un brillant à lèvres Benefit, des chewing gum à la menthe, des lingettes, un porte-monnaie Balenciaga, une palette de Fred Farruggia, des bouchons sur mesure pour mes oreilles, un rouge à lèvres Stephane Marais et une ordonnance du vétérinaire pour mon chien...

Petite, vous rêviez d'être :

Astronaute ou vétérinaire, car j'aimais les animaux et j'avais une longue vue avec laquelle je passais mon temps à regarder les étoiles.

Découvrez en exclusivité les photos du dressing en images.

Retrouvez Mareva Galanter dans son dernier clip "C'est demain" réalisé par Samuel Benchetrit et sur son nouveau site www.mareva-galanter.com

Texte et propos recueillis par Monia Kashmire

À ne pas rater