Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Cristina Cordula : la reine du shopping dépose ses célèbres expressions à l'INPI

La pus célèbre des stylistes du petit écran vient de déposer à l'INPI certaines de ses expressions qui ont fait son succès. Après Nabilla, la tendance serait-elle à déposer ses expressions fétiches dans le but de les protéger ?

La propriété intellectuelle n'a parfois d'intellectuel que son nom. Après Nabilla, star de la nouvelle émission "Allo Nabilla : Ma famille en Californie", qui a déposé son si célèbre "Allô, t'es une fille t'as pas de shampoing c'est comme si t'es une fille t'as pas de cheveux." et qui lui permet d'empocher des bénéfices à chaque fois que celle-ci est utilisée, c'est au tour de Cristina Cordula d'en faire de même. Un peu comme la semelle rouge de Christian Louboutin en fait.

Le site Puremédias nous apprend que la plus célèbre des relookeuses du petit écran vient de déposer quelques-unes de ses expressions qui ont fait son succès. Il s'agit de "Ma chérie", "oh là là ma chérie" et "magnifaik" (dont la prononciation est plutôt "magnifaïk"). Elle l'a confirmé elle-même lorsqu'elle était invitée sur le plateau de l'émission "La semaine des médias" sur i>Télé il y a quelques jours. L'animatrice de l'émission "Nouveau look pour une nouvelle vie" diffusée sur M6 explique avoir ainsi voulu protéger ses expressions auprès du site de l'Institut National de la Propriété Industrielle. Une info que nous avons pu vérifier sur le site de l'institut.

A quoi cela sert-il ? Si jamais Cristina Cordula a envie de créer une ligne de sacs, chaussures, cravates, batteries électriques, produits de rasage, statues ou figurines en métaux précieux... (liste non exhaustive évoquée dans la notice complète du dépôt de ses expressions) qu'elle a envie de baptiser "Ma chérie", "oh là là ma chérie" ou "magnifaik", elle en aura le droit. Et, si elle découvre qu'une entreprise commercialise une ligne de sacs, chaussures, cravates, batteries électriques... utilisant l'une des ces expressions déposées, elle pourra en tirer des bénéfices et même attaquer ladite marque.

J.D

À ne pas rater