Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Coiffure : les erreurs impardonnables

La frange escalier ou le summum des erreurs capillaires.
La frange escalier ou le summum des erreurs capillaires.

En coiffure, tout comme en maquillage, il y a des erreurs qu'on ne peut commettre. Certaines finissent sur les défilés érigés en art, d'autres auraient définitivement dû rester dans les années 90. Tour d'horizons de ces faux pas que l'on ne veut plus voir dans le métro.

Les mèches en bandes
Ne faites pas l'innocente, on voit toutes de quoi il s'agit. Au collège ou dans les années 90, des (subtiles) mèches blondes venaient parsemer notre crinière à la manière d'un zèbre. Le résultat tout sauf naturel était très hype et l'on se demande comment un look si disgracieux a pu nous plaire. On était jeunes et innocentes, mais on ne l'est plus. Alors, on donne du contraste à notre chevelure en fondant notre balayage pour illuminer notre couleur sans "marque de bronzage".

Les extensions visibles
Les extensions peuvent être un véritable crime lorsqu'elles sont trop voyantes. Le raccord peut jurer au niveau de la différence de volume, de longueur ou de couleurs entre nos cheveux et les rajouts. L'attache peut également se voir et nous faire passer pour une fille en plastique. On les manie donc avec parcimonie. On les choisit parfaitement accordé à notre masse et l'on préfère le travail d'un pro qui va nous aiguiller et les poser parfaitement.

Les racines
De même que les mèches, les racines trop apparentes sont assez peu glamour. Elles se remarquent sur une couleur uniforme qui détonne trop avec la teinte naturelle. De base, on opte pour une couleur nuancée et donc avec des racines plus foncées. Cela va apporter de la profondeur et du reflet tout en allégeant la repousse.

Une coiffure too much
Trop de boucles artificiels peuvent nous faire ressembler à un caniche et, à l'inverse, un lissage trop droit nous assimiler aux adolescents emo. Si le résultat est le fruit d'une overdose de fer à friser ou de plaques, on mouille nos mains et on froisse la masse pour atténuer l'effet. On repasse ensuite aux styler pour peaufiner. Si l'on a succombé à l'appel du définitif (lissage japonais ou permanente) il va falloir s'armer de patience et le combattre tous les jours. Une chose à retenir lorsque l'on modifie la nature de ses cheveux, de manière temporaire ou non, on hydrate parfaitement pour contrer les méfaits des traitements et de la chaleur.

La coupe trop effilée
Les coupes à étages sont le fléau des années 2000. La coupe tektonic casse le volume et apporte une jolie queue de rat. Nos cheveux perdent du tonus et il faut attendre longtemps avant de retrouver une coupe uniforme. Pour éviter cette coiffure escalier, on veille à ce que l'effilage ne commence pas trop haut et soit assez doux.

Les cheveux violets
Même si les teintures mon petit poney sont tendance, on évite à tout prix les cheveux violets mamie qui ont traumatisés notre enfance. En cas d'accident de ce type, on utilise des shampooings doux et on essaie de reprendre la couleur à l'aide d'un professionnel.

La frange trop longue ou trop courte
La baby frange était le must have de l'hiver dernier, mais le fait est qu'elle ne convient pas à tout le monde. Si, par mégarde, on a coupé trop court, il n'y a rien à faire d'autre que d'attendre. On peut toutefois la lisser au maximum pour la faire paraître plus longue. À l'inverse la frange trop longue est souvent voulue. Alors qu'on se le dise, une frange est une frange et non un rideau. Si on veut la laisser pousser, on la porte sur le côté ou on la maintient avec des barrettes. Les gens aiment bien nous regarder dans les yeux pour nous parler. Si c'est une façon de se cacher, on préfère alors opter pour des lunettes XXL.

Clémentine Santerre

À ne pas rater