Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Coachella et sa programmation pauvre en artistes féminines, on en parle ?

.

Le 3 janvier 2019, la liste des artistes qui se produiront au festival Coachella est tombée. Parmi eux, le nom d'Ariana Grande arrive en tête. Une bonne nouvelle non seulement pour les fans de l'interprète de "thank u, next", mais aussi pour les artistes féminines. Car ce que l'on sait moins, c'est qu'Ariana Grande n'est que la quatrième chanteuse à apparaître en tête d'affiche du célèbre festival. Une information qui reste un peu en travers de la gorge.

En avril s'ouvrira le festival Coachella édition 2019. Un année importante pour l'événement qui fête ses 20 ans d'existence. Et pourtant, le festival n'a jusque là pas tellement mis en avant des artistes féminines. On apprend ainsi qu'Ariana Grande n'est que la quatrième chanteuse à s'imposer en tête d'affiche.

Pourtant, il y a de quoi trouver des femmes qui enthousiasmeront les foules tout autant que les artistes masculins blancs qui composent la majorité de cette dernière programmation (et les précédentes).

Vers une revalorisation des artistes féminines ?

S'imposant en tête d'affiche du troisième jour du festival, c'est Ariana Grande qui clôturera Coachella. Si bien sûr on trouve de nombreuses artistes féminines dans la programmation globale du festival, côté têtes d'affiche, c'est un peu différent. En effet, elles sont très peu à avoir mérité leurs noms en gros et gras sur la programmation du célèbre Coachella. Quatre au total.

On apprend ainsi qu'Ariana Grande succède à Björk (qui s'est produite deux fois dans le festival), Lady Gaga et Beyoncé. Même Madonna, qui était conviée à Coachella en 2006, n'est pas apparue en tête d'affiche, ayant été appelée en "invitée surprise" du festival.

En 20 ans d'existence, on est certainement en droit de trouver ça un peu léger. Un phénomène éminemment sexiste et lié, sans grande surprise, à la domination masculine dans l'industrie de la musique. D'ailleurs, beaucoup ont vite fait de catégoriser les artistes pop comme faisant de la "musique pour filles", affichant ainsi un profond mépris que ce soit pour le public féminin que pour les artistes féminines. Si on suit ce raisonnement, les artistes féminines feraient donc de la musique moins "pointue" et seraient moins attractives. Cela en plus de propager des stéréotypes datés et désuets.

Même si Ariana Grande est une abonnée des tubes n°1 des charts, elle est pourtant loin d'être la seule dans ce cas. Mariah Carey, Rihanna, Cardi B, Janet Jackson, Taylors Swift, Alicia Keys - pour n'en citer que quelques unes - sont aussi dans le même panier. Et quand bien même certaines refuseraient de se produire à Coachella, il y a peu d'excuses concernant cette inégalité concernant les têtes d'affiches.

L'invisibilisation des femmes dans l'art, un procédé qui ne date pas d'hier

Le fait de catégoriser les femmes dans l'art et, par là, les invisibiliser n'est pas un procédé seulement inhérent à l'industrie de la musique. Ne dit-on pas des dessinatrices qui réalisent des oeuvres autobiographiques qu'elles font des "bd girly" ? Comprendre uniquement adressées aux filles ? Quand à l'inverse on considérera qu'un dessinateur qui illustre sa vie sera un récit tout public. Il semblerait que tout soit dans la terminaison, finalement.

Toujours dans la bande dessinée, on se souvient que le festival d'Angoulême a fini par se faire épingler en 2016 - après plusieurs avertissements d'autrices de BD qui pointaient déjà du doigt le manque de femmes dans la sélection du festival - en faisant une sélection 100% masculine pour leur Grand Prix. De même en 45 ans d'existence, Florence Cestac a été la seule autrice à recevoir le fameux Grand Prix d'Angoulême.

Du côté de la littérature, même tableau, on aime confiner les femmes à l'autobiographie, à tout ce qui est considérée comme "littérature féminine", à la confidences, à des récits "sensibles". Une caractéristique qui n'est pourtant (et heureusement) pas seulement féminine. De même si on s'intéresse un peu aux grands prix littéraires l'écart entre hommes et femmes concernant l'adoubement des oeuvres est immense.

On comprend donc que dans la musique comme dans beaucoup de domaines les femmes ont du mal à trouver leur place. Une situation pourtant pas immuable à voir la programmation, par exemple, de festival comme Primavera Sound - bien trop "sous-coté", si vous voulez notre avis - qui pour 2019 affiche une majorité d'artistes féminines en tête d'affiche.

C'est à se demander si, comme on le pense depuis quelques années, le festival Coachella ne s'essoufflerait pas un peu. Voire complètement. Next.

À ne pas rater