Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Christophe Maé à ses débuts : ''Patrick Bruel m'avait laissé sa carte''

Reparti sur les routes pour sa tournée, Christophe Maé s'est confié à coeur ouvert sur ses débuts au Parisien. Dans cette interview confessions, le chanteur revient surtout sur ces longues années de galère avec émotions...

Il arrive que l'on soit surpris lorsqu'on découvre les premiers boulots de nos stars favorites. Récemment Nolwenn Leroy confiait son premier job de boulangère avant de s'adonner à la chanson. Pour Christophe Maé les choses ont été un peu plus compliquées et il a décidé de revenir sur ses années galère où il a tout plaqué pour vivre sa passion. Il faut dire qu'on ne fait pas une croix sur dix ans de sa vie comme ça !

"J'ai dit à mes parents que je n'avais pas envie de travailler comme eux"

Rebelle dans l'âme, Christophe Maé a toujours su ce qu'il voulait. Chanter, en l'occurrence. Et même sans le bac en poche, il était déterminé. "A 18 ans, j'ai eu mon CAP de pâtissier. Et j'ai alors dit à mes parents que je n'avais pas envie de travailler comme eux. J'étais convaincu que j'étais fait pour la musique", confie-t-il au Parisien, "J'ai fait ce qu'on appelle les saisons. Je jouais l'hiver à Courchevel et l'été à Saint-Tropez". Chanteur saisonnier, voilà le premier job de l'interprète de "On s'attache". Des années de galère peut-être, mais des souvenirs forts. "Je me rappelle notamment d'un milliardaire italien qui me demandait de chanter Talking 'bout a Revolution de Tracy Chapman, qu'il adorait. Et à chaque fois, il mettait un billet de 500 F (environ 76 €) dans un seau à champagne", raconte-t-il.

"Patrick Bruel m'avait laissé sa carte"

En dix ans en tant que chanteur saisonnier, Christophe Maé a eu le temps de faire des rencontres. "J'avais eu un contact avec Patrick Bruel. Il m'avait laissé sa carte et m'avait dit : J'aimerais t'entendre chanter en français. Mais il n'y a pas eu de suite", raconte-t-il. Heureusement en 2002, il fait la rencontre de Dove Attia qui l'amènera au sommet avec son rôle dans la comédie musicale "Le Roi Soleil". "Il me l'a présenté, et Dove a commencé à me parler d'un nouveau spectacle qu'il était en train de préparer sur le Roi-Soleil. Il m'a proposé de faire un essai", se souvient celui qui est anti-The Voice. "Ce n'était pas du tout mon genre de musique", confie encore Christophe Maé avant d'ajouter, "Pour moi, c'est vraiment là que tout a basculé, pendant les quinze premiers jours de spectacle. Chaque soir à l'applaudimètre, c'est moi qui l'emportais, alors qu'au départ j'avais plutôt un second rôle". Et aujourd'hui ces années difficiles vers le succès sont derrière pour le chanteur qui n'en a visiblement pas fini de conquérir son public.

À ne pas rater