Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Christophe Hondelatte, chanteur : 'Si c'était à refaire, je ne le referais pas'

Journaliste au tempérament "volcanique" selon certains, Christophe Hondelatte avait stupéfié son monde en 2011 en se lançant dans la chanson. Une carrière musicale qui a essuyé les critiques sur laquelle il revient aujourd'hui avec du recul. Et il en convient, il aurait mieux fait de ne pas se lancer...

"Dr House, c'est pas Mickey Mouse"... En septembre 2011, le public a pu découvrir, circonspect, les débuts de chanteur (et de parolier) de Christophe Hondelatte. Jusque là, le journaliste s'était contenté de nous faire frissonner en présentant "Faites entrer l'accusé" pendant 11 ans sur France 2, et c'est une facette différente - et grimacante - de sa personne qu'il a souhaité dès lors dévoiler.

Pour sa défense (et notre gouverne), l'homme de télévision a fait 12 ans de solfège avant de se lancer, et peut se vanter d'avoir reçu une formation de violoncelliste. Néanmoins, son premier album, "Ou Pas", en a laissé plus d'un perplexe. La faute à un titre frisant la parodie, et à une mise en scène qui met - il faut bien le dire - mal à l'aise.

Il fallait s'y attendre, les critiques n'ont pas tardé à pleuvoir. Dôté d'un minimum de recul, Christophe Hondelatte lui-même a fini par reconnaître en 2012 qu'il avait commis quelques erreurs, qualifiant cet opus "d'album de débutant". "Aujourd'hui, un, je n'écrirais pas ces musiques là, deux, je n'écrirais pas ces paroles là, trois, je ne ferais pas les arrangements comme je les ai faits sur cet album." (L'Express)

Mais un rebond est-il possible après un tel flop ? Christophe Hondelatte a préféré revenir à ses premiers amours, la télé, en présentant une émission sur 13ème Rue. Celui qui rêve de piquer sa place à Antoine de Caunes et de présenter "Le Grand Journal" réfléchirait aussi à un projet avec Patrick Sébastien (autre homme de télé à faire de la musique...).

Dans Le Parisien, il revient aujourd'hui sur cet épisode musical pas vraiment flamboyant. Et remet en cause l'étroitesse d'esprit des Français. "Tout ce dont on m'avait averti s'est malheureusement passé : il y a eu un brouillage d'image. Etre journaliste et chanteur est un exercice qui n'est pas faisable en France."

Nuance, malgré la confusion certaine qui pourrait exister entre ces deux carrières, on veut croire que cela reste possible, à condition de faire de la bonne musique. "Ce n'était pas une bonne idée mais je ne le regrette pas. Si c'était à refaire, je ne le referais pas." Là, on est d'accord.

À ne pas rater