Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Chirurgie : un sosie de Ken s'offre 30 opérations pour un corps parfait

Rodrigo Alves a eu recours à une trentaine d'opérations de chirurgie esthétique pour modifier son apparence.
Rodrigo Alves a eu recours à une trentaine d'opérations de chirurgie esthétique pour modifier son apparence.

Il s'appelle Rodrigo Alves, il est originaire du Brésil et lui aussi a été contaminé par le virus de la chirurgie esthétique. A trente-et-un ans, il a déjà eu recours à plus de trente interventions pour modifier son visage comme son corps. Le résultat ? On vous laisse y jeter un oeil.

En modifiant ici un nez épais, ici une poitrine considérée comme trop petite ou encore là, une mâchoire trop carrée, la chirurgie esthétique transforme l'apparence de ses clients aux quatre coins du globe. Certains pays asiatiques sont d'ailleurs devenus un nouvel eldorado pour les praticiens.

Et il arrive que cette course à la perfection donne des résultats assez surnaturels. On connaît ainsi de plus en plus de jeunes hommes et de jeunes femmes qui ont cédé aux sirènes de la chirurgie esthétique et entrepris un long parcours pour changer drastiquement leur apparence.

Il y a Valeria Lukyanova, au tour de taille digne de la poupée Barbie, et une légion de jeunes garçons qui affichent une ressemblance parfois assumée avec le célèbre Ken. Enième exemple en la matière, un certain Rodrigo Alves.

Originaire du Brésil (un pays connu pour son amour de la chirurgie), il a déjà eu recours à une trentaine d'opérations en vue de corriger "ses défauts". Car, atteint de dysmorphophobie (un trouble psychologique qui se caractérise par une préoccupation obsessionnelle et obsédante du physique, qui apparaît déformé), l'homme ne parvient pas à se satisfaire de son apparence.

Rodrigo Alves est atteint de troubles psychologiques

"Quand je me regarde, je ne vois que des défauts que je veux corriger", confiait-il il y a peu à la chaîne London Live. "Ça me prend des lustres de me préparer pour sortir, pour aller travailler."

Enfant, Rodrigo Alves se sentait "moche, gros et mal fichu". Résultat, dès qu'il en a eu les moyens, il a passé la porte d'un cabinet de chirurgie esthétique. C'était en 2004, il avait alors vingt ans.

Depuis, il a fait refaire son nez, ses pommettes, sa mâchoire, fait poser des implants au niveau de son torse, effectué une liposuccion. Sans compter les injections de botox et on en passe. Au total, une trentaine d'interventions différentes, pour un coût estimé à 200 000 euros.

Repéré par la chaîne E Entertainment, il est aujourd'hui un habitué de la téléréalité. Le plus drôle ? Sur son compte Instagram, il appelle ses followers à s'aimer dans leur différence. "Nous ne sommes pas des clones ! Nous avons tous des identités différentes, des histoires différentes. Soyez uniques ! Soyez vous-mêmes, aimez-vous, vous et vos proches."

Bien dans sa peau, à l'entendre, le Brésilien installé depuis dix ans à Londres dit n'avoir jamais voulu ressembler à Ken. "C'est juste un surnom que mes amis et que la presse m'ont donné, et qui ne me dérange pas."

Et qu'importe qu'on lui trouve un petit air des frères Bogdanoff ou qu'on le traite de fou, il ne regrette rien. "J'ai eu recours à 31 interventions de chirurgie esthétique, pas dans l'intention de ressembler à une poupée mais pour être plus beau. La gym et les régimes ne marchaient pas sur moi. J'ai été terriblement persécuté à cause de la forme de mon nez. La chirurgie esthétique a changé ma vie et je suis la personne la plus heureuse sur Terre."

Un pied de nez aux critiques.

À ne pas rater