Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Charli Howard : trop grosse avec sa taille 34, elle pousse un coup de gueule

Quelle taille faut-il faire pour satisfaire les exigences des agences de mannequinat ? C'est la question que pose Charli Howard, un top britannique de 23 ans qui s'insurge d'être jugée "trop grosse" par l'industrie de la mode alors qu'elle ne fait qu'un petit 34-36.

Avec sa silhouette menue, sa bouche charnue et ses sourcils bien fournis, Charli Howard a tout du mannequin "lambda". Âgé de 23 ans, ce top britannique résidant dans le sud-est de Londres a pourtant rédigé une tribune sur sa page Facebook pour dénoncer les pressions exercées sur elle par son ancienne agence, qui l'a jugée trop grosse pour défiler. Un texte publié le 13 octobre que Puretrend vous laisse découvrir et qui vaut aujourd'hui à la jeune femme une certaine célébrité.

"Je ne vous laisserai plus me dicter ce qui ne va pas dans mon apparence"

"Voilà un gros 'allez vous faire f*****' adressé à ma (désormais ex) agence de mannequins, pour m'avoir dit qu'avec mon mètre 73 et ma taille 34-36 (naturelle), je suis 'trop grosse' et 'pas assez en forme' pour travailler dans l'industrie de la mode.

Je ne vous laisserai plus me dicter ce qui ne va pas dans mon apparence et ce que je dois changer pour être 'belle' (comme perdre 2,5 centimètres de tour de hanches), dans l'espoir que cela vous force à me trouver du travail.

Je refuse de me sentir honteuse et triste de ne pas correspondre à vos standards de beauté ridicules et hors de portée, tandis que vous restez assis à votre bureau toute la journée, à avaler des pelletés de gâteaux et de biscuits en disant du mal de mon physique et de celui de mes amies. Plus vous nous obligez à perdre du poids et à être minces, plus les couturiers doivent reprendre leurs vêtements pour les ajuster à notre taille, et plus de jeunes filles tombent malades. Ce n'est plus une image que je souhaite représenter.

"J'ai récemment commencé à aimer ma silhouette"

Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, je suis une femme. Je suis un être humain. Je ne peux pas miraculeusement gommer mes hanches, simplement pour rentrer dans une tenue ou pour atteindre 'les standards des agences'. J'ai lutté contre la nature pendant longtemps, parce que vous avez jugé mon corps 'trop rond', mais j'ai récemment commencé à aimer ma silhouette. Je n'ai pas de gros seins, mais mes fesses sont mieux que ok et une large majorité de mes clients sont ok avec ça.

Et soyons honnêtes : quand je pesais 47,6 kilos, je n'étais toujours pas assez fine pour vous. Quand j'allais à la gym cinq heures par semaine, vous ne me trouviez toujours pas de travail. Je ne peux pas gagner.

"Ma santé mentale et physique est plus importante"

Ironiquement, j'adore le mannequinat - les gens que j'ai rencontrés, les lieux que j'ai visités, et je suis fière des contrats que j'ai eus. Je continuerai à le faire, mais seulement à mes conditions. Ma santé mentale et physique est plus importante qu'un chiffre sur une balance, qu'importe combien vous aimez lui donner de l'importance."

Avec ce texte, Charli Howard confirme que l'industrie de la mode et ses acteurs peinent encore à se diversifier et à laisser tomber les diktats réducteurs. Convaincus que la minceur, voire la maigreur, fait rêver et sublime les vêtements, certains sont parfois prêts à jouer avec la santé des jeunes filles, qui même lorsqu'elles sont naturellement très fines, comme Charli Howard, doivent s'affamer et s'épuiser à la salle de sport pour tenter de rentrer dans le moule.

Heureusement, les coups de gueule à répétition, les désertions tonitruantes et les démarches positives et innovantes sont aussi le signe que les choses commencent (enfin) à changer.

À ne pas rater