Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Catherine Deneuve et Inès de la Fressange : comment étaient-elles, enfants ?

Dans le numéro été du magazine ELLE, les stars se racontent. A commencer par Catherine Deneuve et Inès de la Fressange qui dévoilent leur enfances rêveuse et trop sage. Qui aurait crû qu'elles en arriveraient là ?

Catherine Deneuve, la rêveuse

Dans le numéro ELLE été, la rédaction du magazine est allée demander aux célébrités de se raconter, enfants. En ressort deux doubles pages de souvenirs. Pour Catherine Deneuve, icône du cinéma français, la jeunesse avait avant tout un goût de mystère et de mélancolie. Loin d'être une enfant turbulente, celle qui se verrait bien refaire de la chanson avec son ancien gendre, Benjamin Biolay, explique qu'elle était "déjà rêveuse et très timide (...), aimant observer plutôt qu'être vue."

Elle, qui quelques années plus tard crèvera l'écran, préférait passer "au second plan", derrière sa soeur Françoise quand elle était petite fille. Le basculement se produit quand l'actrice au blond mythique commence à tourner. Dès lors, tout change. "Ma vie d'adulte a tout de suite été aventureuse, hors normes, pleine d'extravagances. Et de choix volontaires."

Audacieuse (elle l'a encore prouvé il y a quelques mois en posant en body noir), Catherine Deneuve n'a peut-être pas tellement changé. Elle qui a expliqué adorer la musique se surprend encore souvent à chantonner quand elle est seule, comme une enfant.

Inès de la Fressange, une enfant timide maladive

Qui aurait crû que l'incarnation vivante de la Parisienne avait passé une enfance pétrie de timidité ? Petite fille trop sage, Inès de la Fressange était alors à des milliers d'années-lumière des podiums. "En rien, mais en rien je ne ressemble à l'enfant que j'étais ! J'étais timide, réservée, limite rasante." C'est alors son frère, "très beau et surdoué" qui prenait toute la lumière, elle préférant demeurer dans l'ombre.

Loin de se faire remarquer par sa témérité, Inès de la Fressange restait tout le temps dans les jupons de sa nounou. "J'obéissais. J'étais tellement timide que je saignais du nez en cas d'embarras."

Finalement, c'est le jour où elle a commencé à faire des bêtises, plus grande, qu'elle a pu se libérer. "J'ai appris sur le tard à être mal élevée, défaut qui rend plus sympathique."

Des souvenirs d'enfance à retrouver dans leur intégralité dans le numéro été de ELLE.

À ne pas rater