Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Carole Bouquet : ''Je suis heureuse si on me dit que je suis belle''

Si il y a une chose sur laquelle on peut tous s'accorder à dire, c'est que Carole Bouquet ne fait pas son âge. A 56 ans, l'actrice française fait partie de ces femmes qui ont la chance d'être encore plus belles avec l'âge, comme le bon vin, l'une de ses passions. Dans un entretien accordé au magazine ELLE, l'ancienne James Bond Girl parle beauté. Évidemment.

Dans son numéro "Spécial Rajeunir", le magazine ELLE de cette semaine fait de Carole Bouquet sa cover girl. Car qui mieux que la présidente des Prix Lumières 2014, pour incarner la beauté naturelle ? Contrairement à Nicole Kidman ou encore la pestouille du moment Joan Rivers dont le(s) passage(s) d'un petit coup de bistouri n'est un secret pour personne, Carole Bouquet est comme Michelle Obama et ne veut pas en entendre parler et accepter de vieillir même si cela "ne me ravit pas mais je refuse tout acte fort sur mon corps, toute opération. J'espère ne jamais m'y livrer".

Dans cette entretien, l'actrice évoque le rapport qu'elle peut avoir avec "sa" beauté. Si elle avoue ne pas avoir été à l'aise avec cette notion de "beauté" étant jeune, en prenant de l'âge, cette perception a évolué. Elle confie : "Je suis heureuse si on me dit que je suis belle. Ce sentiment est assez récent. Longtemps, depuis l'adolescence, le regard des hommes et leurs désir m'ont gênée. Maintenant, ces compliments m'émerveillent, je regrette de ne pas en avoir assez profité et je redoute le moment, forcément proche où l'on ne m'en fera plus".

Carole Bouquet, une beauté froide ? Une beauté c'est certain, froide, de moins en moins : "J'ai longtemps été un bulldozer, instinctive, exerçant mon métier à cent à l'heure, élevant seule mes deux fils. Je pense que regarder maintenant les gens avec plus de tendresse, en prenant le temps de les comprendre, me donne cette douceur sur le visage que je n'avais pas quand on le classait parmi les beautés froides !". Voilà qui est clair.

À ne pas rater