Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Carla Bruni : chanteuse en cuir et velours pour son retour sur scène

Après un an d'absence, Carla Bruni a fait son grand retour sur scène... au Brésil ! La chanteuse est en Amérique du Sud pour une série de concerts dont la prochaine étape la conduira en Argentine. Dans ses valises, elle a emmené son mari, Nicolas Sarkozy, et sa tenue de concert fétiche : un pantalon de cuir noir et une veste en velours rouge.

Pendant que Nicolas Sarkozy se prépare pour la présidentelle, Carla Bruni se concentre sur sa carrière musicale, qu'elle avait mise entre parenthèses pendant son passage à l'Elysée. Deux ans après la sortie de "Little French Songs", qui n'avait pas connu le succès escompté - du moins pas celui de ses précédents albums -, elle continue de donner des concerts en France et ailleurs. Hier, c'est devant un public brésilien qu'elle a interprété ses titres.

Pour ce retour sur scène après plus d'un an d'absence, la chanteuse a revêtu sa célèbre tenue de musicienne : un pantalon de cuir noir (parfois remplacé par un jean brut) associé à une veste de velours rouge grenat.

Le week-end dernier, la chanteuse est arrivée en Amérique du Sud pour une série de concerts. Son mari l'a suivie dans cette aventure et a profité de leur première étape à Rio de Janeiro pour faire un footing sur la célèbre plage de Copacabana. Prochaine étrape : l'Argentine. Au printemps 2014, Carla Bruni était partie en tournée aux Etats-Unis, là aussi en compagnie de son mari. Une manière pour lui de partager sa passion après les sacrifices qu'elle a faits en tant que Première dame.

Une vie étalée dans les médias

Dans un livre paru le 27 août, "Vie privée, vie publique, un voyeurisme d'Etat", signé Philippe Labi (First document), elle revient sur son expérience à l'Elysée et notamment sa relation avec les médias. Au moment de sa rencontre avec Nicolas Sarkozy, elle était déjà blindée de ce côté : "C'est normal que la presse ait surréagi. Nous venons de deux mondes diamétralement différent, la politique et le show-business. Et moi, je viens de cet univers-là, que ce soit en tant que mannequin ou chanteuse. (...) Ça ne m'a pas effrayé une seconde. Si je m'en tenais aux commentaires des médias pour faire ma vie, je n'aurais rien fait", explique celle qui a longtemps fait la une des tabloïds pendant sa carrière de mannequin.

À ne pas rater