Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Booba au Grand Journal : une caricature de brute ? ''C'est pathétique''

Son passage au Grand Journal, le 12 novembre dernier, Booba s'en serait bien passé. En tournée promo pour son nouvel album, le rappeur reproche à l'émission de l'avoir caricaturé en brute épaisse.

1,92 mètres, 102 kilos, le crâne rasé et le corps tatoué musclé par la gonflette, Booba en impose. Le rappeur pro de la punchline ("C'est comme à la boxe, tu vois une ouverture et, bam, tu places un bon uppercut. C'est quand le mec écoute et, bam, il se la mange") assure la promo de son dernier album, "Futur", écoulé à 160 000 exemplaires.

Un succès qui lui ouvre les portes des médias, jusque là restés sourds aux textes d'un chanteur qui ne fait pas dans la dentelle. On lui doit notamment le poétique "J'ai lu mon avenir dans un bol de riz" et une cohorte de lyrics nettement plus crues. Mais cette réputation de gros dur qui lui colle à la peau a tendance à énerver le rappeur.

Le 12 novembre dernier, il était invité au "Grand Journal" d'Antoine de Caunes et autant le dire de suite, il n'a pas aimé, mais alors pas du tout, son passage dans l'émission. Dans une interview accordée aux Inrocks, il raconte. "Quand on m'accueille au Grand Journal et qu'on me fait des wesh et du verlan et qu'on me sort mes pires punchlines, je vois bien qu'on me considère comme une caricature, c'est "voilà la banlieue qui arrive" : c'est pathétique."

Désabusé, Booba ? Celui qui a droit à son portrait dans Libération (numéro du 25/11/2013) a du mal à se voir cantonné au rôle de méchant de service. "Ils ont montré des images de La Fouine, du clash, ils n'ont pas montré d'images de mes clips, ni de mes disques de platine, ni de mon Bercy qui était plein à craquer, rien."

Elie Yaffa (son vrai nom) assume son image de bad boy musculeux ("La muscu, c'est de ma détermination, c'est du taf"), moins la caricature qu'on essaye de faire de lui. Et il n'est pas le seul à voir son image de rappeur grande gueule lui coller à la peau. Joey Starr, qui se tourne aujourd'hui vers le cinéma, en fait lui aussi les frais.

Si Booba se confie aujourd'hui sur cette expérience, il n'en a rien laissé paraître lors de l'émission. "Je suis resté tranquille derrière mes lunettes et j'ai fait ma promo." La parole est d'argent, mais le silence est d'or.

Booba clashe le Grand Journal, coup de gueule ou coup de pub ? Retrouvez son passage en vidéo.

À ne pas rater