Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Bisous de Cannes : Voyage au centre du Festival

Bisous de Cannes. Voyage au centre du Festival.
Une autre chronique de la Croisette.
Bisous de Cannes. Voyage au centre du Festival. Une autre chronique de la Croisette.

Un journaliste et reporter à ses heures -des sourires et des pleurs ?- raconte sa plongée en Paca lors du Festival de Cannes, ou juste à côté ! Vision décalée, soit.

Independance Day 1

Le trajet Paris-Cannes est long. Mais c'est dans la ligne ferroviaire sud à grande vitesse que s'ouvre réellement le festival. A peine installé, une voix glisse au téléphone " le tournage d'Asterix 3D se passe hyper bien ! L'équipe est méga-contente !". Tant de superlatifs nous rassurent sur l'avenir du cinéma français et l'on peut se laisser bercer par le roulis du train en rêvant de sangliers en reliefs. Sérénité malheureusement de courte durée lorsqu'on remarque un voisin, au physique qui laisse imaginer un attrait cinéphilique plutôt axé sur la carrière de Dwayne " The Rock " Johnson que sur celle de Lars Von Trier, plongé dans un article intitulé " Vos droits en salle de fitness ". L'idée de passer 5h20 en compagnie d'un sportif procédurier n'est certes pas des plus rassurantes mais quel voyage ne comporte pas sa part de risque ?

Gare de Cannes. " T'as pas un body en dentelle noire pour aller avec ta mini-jupe ? " lance une mère à sa fille sur le quai. Pas d'erreur, on est arrivé et l'on peut être rassuré, à nouveau. Cette fois-ci sur la pérénnité du goût en matière de prêt-à-porter féminin en région PACA.

Après la première des 30 salades tomates-mozarella qui seront ingurgitées durant le séjour, on assiste à un concert d'Ebony Bones dans une paillotte logotypée aux armoiries d'une marque d'alcool italien. Puis, direction la villa des Inrocks. Malgré la nouvelle formule du magazine, point de débat-citoyen organisé sur la laïcité, ni de stand "on-chamboule-tout" à l'effigie de Claude Guéant. Musique en plein air dans le jardin d'une villa début du siècle et Carlsberg à température politiquement correcte. On retrouve des camarades vus pas plus tard que deux jours auparavant, mais il est vrai que le changement de lattitude est propice à consolider les amitiés. Transport en groupe pour le 35, rue Perissol, au Château du Suquet, pour la surprise-partie Jalouse en l'honneur de Spike Jonze, venu à Cannes présenter son court-métrage d'animation littéraire réalisé à partir des créations d'Olympia Le-Tan. Don Drapper est là. Mais n'a pas l'air si "mad man" que ça, malgré 6 whiskys à la suite, sans doute pour ne pas faire mentir, en cette terre de cinéma, que la réalité rejoint souvent la fiction. On note la présence d'Haider Ackermann, peut-être descendu dans le sud pour confectionner le fameux body à dentelle noire tant désiré par la jeune fille rencontrée plus tôt. La vie réservant les surprises les plus inattendues, on croise également André ! Un concert de Herman Dune plus tard, on peut redescendre vers le centre et l'on remarque un restaurant où l'activité bat son plein à cette heure tardive : le " Croq' In ", que l'on se promet d'essayer, un de ces jours, pour ne pas passer à côté des saveurs enchantées de la cuisine méditérranéenne.

Gustave Leroux

 

 

 

À ne pas rater