Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Bisous de Cannes : voyage au centre du Festival (V)

Bisous de Cannes. Voyage au centre du Festival. Episode 5.
Une chronique en marge (et dans les marges) de la Croisette.
 
Bisous de Cannes. Voyage au centre du Festival. Episode 5. Une chronique en marge (et dans les marges) de la Croisette.  

Un journaliste et reporter anonyme débarque sur la Croisette . Une plongée en région Paca, dans les à-côtés du tapis rouge. Attention à la marche. Une vision décalée, soit.

Avant hier soir, je dois passer des disques pour la fête donnée en l'honneur d'un film plutôt costaud selon la critique, bien qu'agrémenté d'une affiche s'inspirant ouvertement des réclames pour assouplissants textiles : Tree of Life de Terrence Malick. Tout en espérant que la soirée soit un tantinet plus rythmée et amusante que les films du Monsieur, je me glisse derrière les platines. Là, premier bémol de la soirée. Une immense inquiétude m'envahit concernant la vétusté de la sono, lorsqu'appuyant sur la touche "eject" de la platine, j'en extrais un disque intitulé : " Vivienne Westwood 40th Birthday " ! Bien obligé de me satisfaire du tourne-disque 78 tours, je commence à jouer. Deux heures de set sans aucun problème majeur à signaler, si ce n'est l'absence de Brad Pitt, mais comme on a croisé Robert Charlebois la veille, on n'a vraiment rien à regretter.

C'est au moment de partir que survient le deuxième incident de la nuit.

L'arrivée éventuelle de " mouvistars " (Brad Pitt viendra-t-il finalement ? Robert Charlebois viendra-t-il à nouveau ?) chatouillait légèrement l'affabilité du staff, vu le "Tu sors pas toi !" rétorqué par un membre de la sécurité à ma question, plutôt courtoise "Excusez-moi monsieur, comment qu'on sort ?". Effectivement l'entrée du lieu, qui par l'ingéniosité d'un architecte inspiré, fait également office de sortie est totalement obstruée par un rempart de photographes hissés sur strapotins, camouflant eux-mêmes le cordon de sécurité bordant le fameux red carpet sur lequel Brad Charlebois devrait apparaitre.

Facile de rentrer quand vous êtes Robert Pitt, plus difficile de sortir, quand vous n'êtes ni québécois ni directeur d'orphelinat californien. Qu'à cela ne tienne, un petit balayage au niveau des pieds du tabouret, sur lequel est perché le paparazzi, me permet de me dégager l'accès au tapis rouge que je remonte en sens contraire pour m'échapper du lieu. Mais là, je me fais apostropher par un videur "Hé ! Mais tu peux pas le prendre dans ce sens là !". Malheur à moi, innocent profane de la célébrité, qui ne savait pas que sous ces tapis rouges, qui font même rêver secrètement les plus fervents détracteurs de "Secret Story", se cache en fait un tapis roulant mécanique -type couloir d'aéroport- que l'on ne peut emprunter que dans un seul sens.

Le chemin de l'anonymat à la célébrité est difficile, celui de la célébrité à l'anonymat impossible !

Gustave Leroux

 

 

 

 

 

À ne pas rater