Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Beyoncé et le sexe : est-elle trop explicite ?

Depuis la sortie de son album au nom éponyme, Beyoncé va de scandales en scandales. Maintenant c'est le caractère trop sexuel de ses textes et de ses prestations qui choque. Queen B aurait-elle dépassé les bornes ?

Si l'album surprise de Beyoncé a réjoui ses fans et connu un succès fulgurant, le temps de l'euphorie semble passé. Notre Queen B qu'on connaît bien pour son sex-appeal indéniable et ses tenues sexy qui mettent toujours très en valeur ses courbes à tomber, semble franchir un cap. La frontière entre sexy et provocation est fine. Une limite qui pourrait bien changer la vision de ses fans envers la reine du R'n'B.

Le sexe omniprésent

Son dernier album déjà pointé du doigt pour faire l'apologie de la violence conjugale, Beyoncé fait maintenant parler pour ses textes et ses prestations toujours plus scandaleuses. Ses clips torrides et sexuellement explicites, vu dans un premier temps comme artistique et esthétique, n'enchantent plus.

Même son ex-partenaire des Destiny's Child, Michelle Williams, y va de son commentaire avouant être très choquée par les paroles sexuellement explicites de l'album de Queen B. Elle confie à Us Weekly s'être dit à l'écoute de l'album : "C'est privé ça ! Nous n'avons pas à savoir tous les détails." Puis d'ajouter : "Elle est mariée et a eu un bébé, je veux dire, nous savons tous comment faire des enfants donc c'est bon, on a compris." Si ces paroles peuvent sembler pleines d'amertume pour une carrière qui a beaucoup moins décollé que celle de Queen B, elle n'est pourtant pas la seule à s'offusquer.

Un show trop explicite aux Grammy

Alors que le couple Jay-Z et Beyoncé offrait une prestation ultra-sexy lors des Grammy Awards de ce week-end, les réactions Twitter ne se sont pas faites attendre criant au scandale et au non respect du public mineur. Allant de "Sérieusement Beyoncé ? Il est 20 heures. Cette prestation n'est PAS appropriée pour les enfants. Dieu merci les miens sont au lit #honteàtoi" à "C'est triste que nos enfants ne puissent pas regarder les Grammys". Il faut dire que la chanteuse déjà bien dénudé s'est lancé dans une danse digne d'une stripteaseuse. Mimant l'acte sexuel sur une chaise et se frottant de manière très explicite à Jay-Z, il n'y avait aucune équivoque sur ce show délibérément érotique. Le fait également que Queen B se dénude aux côtés d'un Jay-Z tout en costume, on aura vu mieux en terme de féminisme.

"Je n'ai aucune honte à être sexuelle"

Le clip de "Drunk in Love" annonçait déjà la couleur dévoilant une Beyoncé émergeant de l'eau, le peu de vêtement porté plaqué contre son corps, ondulant sur une plage. Une ambiance accompagnée de paroles tout aussi explicite : "Can't keep your eyes off my fatty/ Daddy, I want you, na na/ Drunk in love, I want you". On voyait déjà à peu près où la chanteuse voulait en venir, pas besoin de nous faire un dessin.

Face à des accusations grandissantes sur cette image hyper sexualisée, Queen B avait déclaré : "Je n'ai aucune honte à être sexuelle. Je ne me sens pas mal à propos de ça et je n'ai pas l'impression qu'il faille que je cache ce côté-là de moi, parce que je pense que la sexualité est une force que nous possédons tous." Malheureusement il n'y a qu'un pas pour sombrer dans la provocation et donner une image dégradante de la femme.

Le côté obscur de Queen B

Alors que les médias continuent de frapper sur les mêmes têtes de turcs. Comme Miley Cyrus et son twerk classé X ou encore Rihanna qui a pu choqué par des shows ultra-sexuels en concert. Pourtant Beyoncé ne semble pas loin de franchir la ligne. Ne serait-elle pas en train de sombrer du côté obscur ? Jusqu'au Queen B ira-t-elle dans le provocation ? Affaire à suivre.

À ne pas rater