Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Beth Ditto : interview XXL pour le lancement de sa marque mode éponyme

Sourire aussi large que sa poitrine et pied dans le plâtre (parce qu'elle a essayé de mettre des talons trop hauts), Beth Ditto nous a reçu dans sa chambre d'hôtel à Paris pour nous parler de la fin de Gossip, d'elle, mais aussi et surtout de sa ligne "plus size" éponyme.

La marque Beth Ditto, c'est une ligne pop et moderne destinée aux filles rondes qui ont envie de mettre en valeur leur silhouette. A l'occasion du lancement de sa collection, Beth Ditto, désormais designer mais aussi chanteuse solo, se révèle dans une interview sans concession aussi drôle qu'engagée. A son image. La chanteuse, qui s'est toujours battue pour les droits LGBT (son mariage avec sa compagne Kristin en 2014 a d'ailleurs été très médiatisé) se réjouit de l'évolution des mentalités dans le domaine de la mode. Forcément, Puretrend a voulu rencontrer cette personnalité qui impose sa voix (et sa voie) !

Vous lancez donc votre propre ligne de prêt-à-porter. Qu'est-ce qui a motivé ce choix ?

D'abord, le fait de créer quelque chose qui fait cruellement défaut à la mode d'aujourd'hui : aussi dingue que ça puisse paraître, il n'y a aucune ligne créée pour des personnes rondes PAR une personne ronde. J'avais envie de créer des modèles qui satisferaient ce type de filles, avec plein de silhouettes différentes. Mon cahier des charges : faire confortable, arty et très mode.

Selon vous, l'offre "plus size" n'est donc pas assez importante ?

Plus jeune, je me plaignais – à juste titre – de ne pas avoir le choix question coupes, imprimés ou couleurs. A 35 ans, et même si je n'ai plus les mêmes envies, je réalise que les filles rondes qui ont dix ans de moins que moi ont deux fois plus d'options que moi à leur époque. C'est donc mieux... mais ça n'est encore pas suffisant ! On est toujours mises à la marge, y compris dans les magasins où on est placées dans un coin, alors que le reste de la surface de vente est réservé aux filles filiformes ! Mais vous savez, j'ai vraiment l'impression que c'est exactement la même chose pour toutes les filles qui ne sont pas dans la norme. Mon amie Gwendoline Christie (l'actrice de "Game Of Thrones" qui mesure 1,91m, ndlr) a elle aussi du mal à trouver des pantalons à sa taille.

Vous avez collaboré avec Jean-Paul Gaultier pour le premier T-shirt de votre ligne, vous avez aussi défilé pour lui... Est-il votre "fashion mentor" ?

Je le considère vraiment comme un ami. Je le connais très bien, il a toujours été là pour m'aider dans ma collection et dans la vie. Alors, oui, d'une certaine manière il m'inspire comme un mentor.

Gaultier a toujours casté des mannequins aux silhouettes, aux tailles et aux styles atypiques. Récemment, la dernière Fashion Week parisienne a elle aussi révélé encore plus de diversité sur les podiums. Pensez-vous que la mode évolue ?

Je le pense, oui, notamment grâce aux réseaux sociaux : il est de plus en plus difficile pour les créateurs d'ignorer ce qui se passe autour d'eux. Les "voix" du monde entier se font entendre, peu importe qu'elles soient celles de personnes transgenres, rondes ou à cheveux roses. Désormais, la fluidité des genres existe bel et bien. Il n'est plus possible de faire marche arrière.

Personnellement, vous aimez défiler ?

J'aime attirer l'attention (rires) ! C'est mon ADN. Donc je suis très à l'aise sur un podium. Même si j'avoue que c'était plus facile de défiler pour Gaultier qui est un peu plus "libre" dans sa démarche. Quand j'ai défilé pour Marc Jacobs par exemple, j'ai dû apprendre à marcher et à poser, comme un vrai mannequin, c'était une toute autre expérience ! Au milieu de tous les tops models, j'ai dû presque courir pour maintenir le même rythme qu'elles [rires] !

Pour quel créateur pourriez-vous défiler à nouveau ?

Oh, je pourrais le faire pour tout le monde. Je suis très open !

La France vous a découverte grâce au succès de Gossip, désormais vous vous lancez dans une carrière mode. Faut-il en conclure que vous en avez fini avec la musique ?

Pas totalement. Gossip, c'est fini – présenté comme ça, ça sonne comme un divorce mais ça s'est fait sans violence. J'ai envie de dire à tout le monde, à notre public : "Maman et Papa se séparent, mais ils vont rester amis"... J'étais dans le bon timing pour me lancer dans cette collection qui me tenait à coeur, mais aussi dans l'écriture d'un album solo, qui viendra en temps voulu.

Et votre nouveau make up, celui que vous arborez aujourd'hui, c'est celui de la Beth Ditto chanteuse ou de la Beth Ditto designer ?

Des deux ! J'aime le make up probablement autant que la mode. Je suis complètement accro aux mascaras des drugstores ! Je pourrais passer ma vie à les tester (sourire). C'est ma marotte depuis que je suis toute gosse ! Je me rappelle à quel point j'étais fascinée par les rouges à lèvres de ma mère, je pouvais les observer pendant des heures.

En matière de beauté, de mode, de tendance, qui sont vos modèles absolus ?

Grace Jones, Debbie Harry, Yoko Ono, Kim Gordon... il y a tant de femmes créatives avec un caractère incroyable qui m'inspirent.

Question inspiration justement, qui sont les femmes qui sont à l'origine de votre collection ?

Ces femmes que je viens de citer, mais aussi ma soeur, qui est mince mais qui a eu du mal a perdre du poids après sa grossesse. Je l'ai vue se débattre avec ce nouveau corps, elle n'avait plus beaucoup de choix dans les magasins... J'ai eu envie de faire quelque chose pour elle. Pour qu'elle puisse se sentir mieux à nouveau.

Si vous n'aviez qu'un conseil à donner en termes de style ?

Celui que j'ai reçu de Debbie Harry : "Maquille-toi toujours seule"... Même si je ne le fais jamais (rires) !!

https://bethditto.com/

Propos recueillis par Pauline Arnal

À ne pas rater