Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Bastille : le groupe rock anglais a l'assaut de la France avec ''Bad Blood''

Cette semaine, notre playlist passe à l'heure anglaise. C'est à l'occasion de la sortie de l'album Bad Blood que nous avons rencontré deux des quatre membres de Bastille (BΔstille pour les puristes), ce groupe british encensé outre-Manche et dont le succès dans les bacs est incontestable. S'ils viennent tout droit de la même île que Jake Bugg, c'est bien leur seule ressemblance. Confirmation avec Dan Smith et Chris "Woody" Wood.

C'est dans un hôtel du quartier Latin à Paris que l'on retrouve Dan et "Woody" pour percer le mystère du groupe Bastille. Ne vous fiez pas à leur allure cool, leur total look noir, hoodies, t-shirt imprimés bizarres (un concours avec Kyle nous confie Dan) et leurs coiffures étranges, ils sont ceux dont tout le monde parle outre-Manche. Si la critique semble avoir unanimement décidé de coller l'étiquette Pop Rock à Bastille, il serait un peu trop facile de les réduire à un seul genre musical. Il n'y a qu'à écouter le morceau Bad Blood pour s'en rendre compte. "On ne pense pas que ce soit un genre spécifique juste parce qu'il y a certaines chansons qui sont pop. Il y a en a des indie, des plus "cinématographiques", certaines sont même très électro. On ne cherche pas à faire des sons dans un style en particulier, c'est pour ça qu'il devient difficile de le définir." confirme Dan Smith. Même si certains magazines anglais ont tenu à les comparer à Coldplay ou Arcade Fire, si vraiment on tient à les associer à un groupe, Dan et Woody préfèrent autant que ce soit à Gorillaz "pas musicalement mais pour cette faculté à faire ce qu'ils veulent".

Un mélange des genres revendiqué, voilà ce qui semble être la recette du succès de Bastille. On le retrouve en tout cas du côté de l'inspiration des morceaux, comme du côté de la production. "Je peux m'inspirer de films, de l'Histoire, de cultures, d'histoires, des choses qui sont arrivées à des gens de que je connais ou bien qui me sont arrivées". Des sources d'inspiration infinies donc, qui font de Bastille un groupe très prolifique. L'album Bad Blood est en effet, dans son fil conducteur, un mélange audacieux de précédents EP et mixtape que les connaisseurs ont déjà pu entendre depuis 2011. Le groupe sortira d'ailleurs dans quelques mois un autre album contenant les autres morceaux qui n'ont pas eu leur place dans Bad Blood.

Mais revenons un peu en arrière. Première constatation, Bastille est donc un groupe, même si dans les clips, il n'y a que Dan Smith qui apparaît. Il l'avoue volontiers, c'est par ce qu'il n'était pas assez à l'aise seul que cet anglais a décidé de s'entourer dès 2010 de Woody, Will Farquarson et Kyle Simmons, l'un de ses amis. "Nous sommes quatre personnes vraiment différentes avec des influences très distinctes. Ce n'est pas comme si on s'était tous rencontrés à l'école et que nous aimions les mêmes choses et qu'on avait décidé de jouer un style de musique" explique Woody. Des univers différents, voici l'un des autres ingrédients qui donnent à Bastille son style très hétéroclite.

En plus de leur permettre de proposer un son atypique, être en groupe leur permet aussi de garder la tête froide. "En Angleterre, notre album est n°1 et les gens sont là : Vous avez réussi. Mais non. Je crois que c'est le fait d'être un groupe, tu t'habitues à suivre le mouvement et il y a toujours une autre étape puis la prochaine etc. Et je pense qu'on est un peu aussi dans le déni". Le déni, certainement puisqu'ils ont déjà accompli plus que beaucoup de groupe. En plus d'un premier album numéro un, leur tournée est complète, ils ont déjà joué au fameux festival de Glastonbury, dans la mythique salle du Koko à Londres et ils assureront dès le mois de mai la première partie de Muse. Une opportunité dont ils ne reviennent d'ailleurs toujours pas. "Je suis un fan absolu alors je suis resté sans voix" avoue Woody. "Ils nous ont demandé de jouer trois dates avec eux, dans des stades. Je n'aurai jamais rêvé jouer dans des stades. J'imagine que ça va être fun, terrifiant, mais fun" conclut Dan.

Avant de retrouver Matt Bellamy et ses comparses les 22, 25 mai et le 1er juin, Bastille terminera sa tournée européenne à Paris, un concert déjà sold out, comme le reste de la tournée. Fin juin 2013, ils retourneront donc triomphant sur l'un des scènes de Glastonbury devant un public anglais, déjà conquis, et nous avec.

Questions bonus, juste pour le plaisir.

Votre chanson favorite ?
Dan : Killing Me Softly par Fugees, l'un des premiers disques que j'ai eu.
Woody : Toxic par Britney Spears, on se moque toujours de moi pour ça mais c'est ma chanson favorite.

Avec quels artistes voudriez-vous collaborer ?
Dan : Rihanna, parce que Will est fou d'elle et donc on pourrait les mettre ensemble dans une pièce et voir ce qu'il se passe.
Woody : Peut-être Jack White parce qu'il vient d'un univers tellement différent ça pourrait être bien.

Dernière chanson écoutée aujourd'hui ?
Dan : Retrograde par James Blake
Woody : BTSTU par Jai Paul

Propos recueillis par Marie Bresson-Mignot

À ne pas rater