Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Aure Atika : qu'est devenue Karine de "La vérité si je mens !" ?

En 1997, le public faisait la rencontre d'une bombe dans "La vérité si je mens !" : Aure Atika. Pourtant, sa carrière d'actrice avait commencé près de 20 ans plus tôt. Tantôt femme fatale usant de ses charmes ou mère de famille un brin paumée, la quadra aime changer de registre et ce avec brio.

Dix-huit ans après la sortie de son premier volet, la saga "La vérité si je mens !" représente toujours un moment marquant de la carrière d'Aure Atika. Et pour cause, c'est le rôle de Karine qui lui a valu de se faire connaître du grand public.

Elle y faisait fondre un Vincent Elbaz (alias Dov, incarné par Gad Elmaleh dans les films suivants) aux abois face à son sex-appeal. Ni une, ni deux, Aure Atika est devenue la nouvelle bombe du cinéma français, mettant à profit ses courbes pour mettre la gent masculine à ses pieds.

Mais ce serait oublier que la carrière d'Aure Atika ne se résume pas (loin s'en faut) aux rôles de jolies écervelées. Certes, elle s'est donnée à voir dans d'autres comédies grand public ("Bimboland", "Comme t'y est belle"). Mais elle sait aussi surprendre dans des rôles dramatiques.

Des débuts précoces

C'est à 9 ans qu'Aure Atika vit sa première expérience dans le cinéma. Elle tourne alors "L'adolescente" de Jeanne Moreau. A l'époque, elle ressemblait à cela :

Née au Portugal d'une mère marocaine réalisatrice et hippie, elle grandit à Paris. Le quotidien est pour le moins chaotique, sa mère s'adonnant aux drogues en tous genres et la laissant souvent seule pour l'un de ses multiples voyages en Orient. "J'étais libre, parfois livrée à moi-même", a-t-elle confié au Journal des Femmes.

Mais cette enfance lui a permis de se construire. "J'ai déjà perdu pied, cela m'a rendue positive. Il faut accepter ces moments pour se relever. J'aime mes défauts." Aure Atika se donne les moyens de réussir, entreprend des études de droit avant de suivre les cours de l'Ecole du Louvre.

Une actrice aux multiples visages

Sa filmographie est diverse, l'actrice aimant se glisser dans la peau de femmes très différentes : "Le Convoyeur", "OSS 117 : le Caire, nid d'espions", "Le Skylab", "La faute à Voltaire". En 2014, elle joue la secrétaire générale de l'Elysée dans la série "Les hommes de l'ombre", sur France 2. Une femme de caractère, à son image, elle qui un jour de 1996 a envoyé le contenu de son verre à la figure du professeur Choron, qui éméché, l'avait traitée de "connasse de merde".

A contrario, dans "Papa was not a rolling star", sorti l'année dernière, elle incarnait une femme devenue mère trop tôt, immature et lunatique, en couple avec un Marc Lavoine agressif.

Elle-même mère d'une jeune adolescente, Aure Atika est une jolie quadra de 45 ans. Et ce n'est pas sa silhouette au top en bikini qui laissera penser le contraire.

Une jolie façade qui cache une Parisienne éprise de natue qui aime se ressourcer dans sa maison du Gers. "Il n'y a plus d'emploi du temps, plus d'obligations, plus de téléphone, quasiment pas de musique. Je peux passer une heure à la fenêtre à regarder les écureuils. Je vis de façon rustique et j'adore ça." (Marie Claire)

Surprenante, cette Aure Atika.

À ne pas rater