Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Anne Sinclair et le film sur DSK: 'Je n'attaque pas la saleté, je la vomis'

Presque aussi attendu que le film "Saint-Laurent" au Festival Cannes 2014, c'était la projection de "Welcome to New York",  le film portant sur l'affaire DSK. Recevant un accueil mitigé, le film d'Abel Ferrara aura surtout récolté la colère d'Anne Sinclair qui n'a pas hésité à démonter cette oeuvre polémique dans les colonnes du Huffington Post. 

Cela faisait de nombreux mois que l'on parlait du film très fortement inspiré de l'affaire DSK, ce dernier interprété par Gérard Depardieu. "Welcome To New York" d'Abel Ferrara aura finalement été diffusé durant ce Festival de Cannes 2014. Le film qui faisait déjà polémique avec son teaser choc, n'a pas fait l'unanimité lorsqu'il a été projeté dans quelques salles de Cannes. La grande surprise fut la présence d'Anne Sinclair durant l'une des projections et le seul mot qui peu exprimer son ressenti est "dégoût". L'ex-femme de Dominique Strauss-Kahn est montée au créneau et ça fait mal !

Accueil mitigé de "Welcome To New York" qui a débarqué à Cannes comme un boulet de canon. Le film d'Abel Ferrara intriguait par son sujet choc et aura attiré un certain nombre de curieux et autres journalistes. Parmi eux, Anne Sinclair qui a laissé une chance au réalisateur de la convaincre. Mais comme on pouvait s'en douter, celle qui n'a jamais cru en la culpabilité de DSK a détesté. Et la journaliste n'allait certainement pas laisser l'affaire sans y mettre son grain de sel, c'est pourquoi elle lui a réservé un édito sur le Huffington Post, site dont elle est la directrice éditoriale. Gérard Depardieu en Dominique Strauss-Kahn et Jacqueline Bisset dans son propre ont été loin de la convaincre. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'Anne Sinclair ne mâche pas ses mots et attaque même par un titre lourd de sens, "Dégoût".

"Dégoût, d'un film où l'exhibition permanente du corps de Gérard Depardieu, présentée comme une audace, donne en fait le haut le coeur. Dégoût des dialogues minables et grotesques. Dégoût de la façon dont M. Ferrara représente les femmes, ce qui doit illustrer ses propres pulsions. Dégoût enfin et surtout du soi-disant face à face des deux personnages principaux, où les auteurs et producteurs du film projettent leurs fantasmes sur l'argent et les juifs", écrit-elle sans ménagement. Les mots sont tranchants et le ton acerbe, Anne Sinclair ne laisse rien passer. Pour celle qui avait fasciné le public pour l'émission "Un jour, un destin" qui lui était consacrée et qui avait connu un record d'audience, ne portera pas plainte cependant contre Abel Ferrara. Néanmoins, elle lui dédie deux lignes assassines qui terminent son édito : "Je n'attaque pas la saleté, je la vomis". Voilà qui est dit.

À ne pas rater