Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Alma Perruques : rencontre avec celle qui veut changer la vie des femmes malades

.

Beaucoup de femmes malades du cancer perdent confiance en elles et ne vivent plus de la même manière. Sabrina Guettaf - une femme incroyable, on l'annonce tout de go - vient de créer sa marque de perruques "Alma" pour changer leur vie. Nous nous sommes rendus dans son showroom où elle nous a raconté son parcours et son plaisir de faire ce métier pour aider les femmes. 

Comment en êtes-vous arrivée à faire ce métier ?

Suite à une pelade, j'ai perdu à 13 ans la totalité de mes cheveux, cils et sourcils en quelques mois. A l'âge de 14 ans j'ai commencé à porter mes premières perruques, mais je ne les trouvais pas jolies car elles n'étaient pas personnalisées et ne représentaient pas ce que je suis. Elles n'étaient pas non plus confortables puisque c'était du synthétique. J'ai porté cela pendant une dizaine d'années puis j'ai acheté des cheveux naturels, mais je devais faire un job à temps partiel pour pouvoir me les offrir car ils coûtaient 4 000 euros.

J'ai alors eu l'idée de créer ma propre marque avec des prix accessibles et surtout des perruques qui partaient de la femme et non pas de la perruque en elle-même.

"J'ai donc quitté mon job et j'ai commencé à visiter des usines aux quatre coins du monde"

C'est en Mongolie que j'ai trouvé la qualité que je recherchais, le cheveu mongolien est très beau et très résistant. J'ai ensuite levé des fonds, le projet à mis 2 ans à émerger et c'est en 2016 que j'ai lancé Alma.

Pourquoi ce nom ?

Je tenais absolument à ce que ce soit un prénom féminin mais je n'avais pas d'idée, ce n'est pas mon point fort de trouver ce genre de choses ! J'ai donc fait appel à un ami qui est réalisateur, il est très créatif. Je lui ai expliqué mon projet et je lui ai demandé de m'aider à trouver un nom à mon entreprise. Et dès que j'ai vu Alma, j'ai adoré sans connaître la signification.

Cela veut d'ailleurs dire "âme" en espagnol. Il y aussi la Place de l'Alma à Paris sur laquelle la Tour Eiffel donne le sentiment d'être posée. Et lors de mon tour du monde, dans chaque ville où je suis allée, j'ai trouvé des Tour Eiffel dans les magasins et cela m'a marqué. Je me suis donc dis que c'était un signe et que c'était le bon prénom !

Combien y a-t-il de modèles de perruques et de couleurs ?

Il n'y a pas de modèle établi. Quand une femme arrive pour acheter une chevelure, il y a seulement 5 types de longueurs : très court, court, mi-long, long et très long. Il y a ensuite 2 types de bonnets et tout le reste est sur mesure. Aucune de mes clientes n'a la même perruque.

Les colorations ne sont pas naturelles car ça ne tiendrait pas sur une perruque, même si le cheveu est vierge et de très haute qualité. En revanche, si une femme a des cheveux qui s'éclaircissent naturellement au soleil, on peut le retranscrire. On essaie de le faire pour toutes les nuances qu'il y a sur la chevelure et on fait aussi un travail sur leur image, on vérifie que cela fonctionne bien avec la couleur de la peau et la couleur des yeux. Même le placement des mèches est étudié par rapport à la forme du visage.

.

Quelles sont les offres que vous proposez ?

Nous avons une offre très simple, la perruque, la coupe et la coloration sur mesure ainsi qu'un cours de maquillage sont inclus dans le tarif. L'idée est de proposer une offre complète de mise en beauté, car si une femme ne sait pas coiffer sa perruque ou maquiller ses cils et ses sourcils (si elle les a perdus), cela ne fonctionne pas. On les accompagne complètement sur la transformation de leur routine beauté.

Elles peuvent nous envoyer des textos si elles ont des questions, elle peuvent aussi venir nous voir pour refaire une couleur, une coupe de cheveux, un cours de maquillage...

"Nous sommes entièrement à leur disposition"

Les prix vont de 490 euros à 1 290 euros (des cheveux très courts aux cheveux très longs). La plupart des femmes prennent des cheveux mi-longs, c'est entre 795 et 895 euros. Nous sommes en moyenne 2 à 3 fois moins chers que les autres prothésistes capillaires.

Au-delà de cette prestation, on propose aussi une couture sur bonnet. Il y a des tailles standard mais chaque crâne est différent et c'est extrêmement important qu'une perruque tienne bien. On peut absolument tout faire avec. Si elle ne tient pas, forcément sur le long terme cela s'élargit. Une perruque se change généralement tous les ans et on a la volonté d'être une entreprise solidaire, d'où les prix attractifs.

Quel entretien nécessite une perruque ?

Les perruques en cheveux naturels ne demandent pas un entretien fou, contrairement à ce que beaucoup pensent. L'hiver, il faut laver la perruque une fois par mois, l'été c'est une fois tous les 15 jours. Quand on va dans la mer ou dans la piscine, il faut faire un shampoing juste après, comme pour ses propres cheveux.

On peut faire ses brushings soi-même. Sur une perruque, ils durent très longtemps, en moyenne 2 semaines. La perruque paraîtra beaucoup plus naturelle avec moins de lavage.

.

Qu'est ce que les cheveux représentent pour vous ?

Mes cheveux étaient très longs, c'était un vrai choc pour moi de tout perdre en quelques mois. En plus, le cheveu est l'une des symboliques de la féminité, même s'il n'y a pas que ça.

"J'ai appris à m'aimer telle que je suis, mais j'éprouve vraiment du plaisir à avoir une chevelure, à m'en occuper, la porter et la toucher. Je me sens vraiment bien quand je la porte"

Pour m'accepter, c'était quand même un long cheminement et énormément de solitude car j'avais l'impression d'être la seule fille au monde qui n'avait pas de cheveux et je n'avais de contact avec personne qui était comme moi. Plus tu te sens seule et différente, plus c'est difficile à vivre, notamment à l'adolescence. C'est pour ça que j'ai voulu qu'Alma ait une dimension vraiment humaine et que ce soit une communauté pour que les femmes se rencontrent.

Je peux aussi les mettre en contact par le souhait de l'une ou de l'autre. Elles se donnent des conseils par rapport à leurs opérations, leur traitement, leur quotidien.

"Je veux aider les femmes à passer cette épreuve en douceur, leur faire comprendre qu'on peut se sentir bien et belle avec une perruque, avec ou sans cheveux"

C'est très important et c'est ce que j'aurais aimé qu'on m'apporte à ce moment-là. Quand on a bien fait notre travail, il y a une phrase qui revient toujours, c'est "je me retrouve, je me sens moi-même". L'émotion est tellement grande qu'elles me font pleurer et elles me tombent dans les bras tellement elles sont heureuses. C'est un sentiment qui est inexplicable.

Quelles sont les difficultés de ce métier ?

J'ai énormément de chance dans mes rencontres car mes clientes me soutiennent énormément. Il y a souvent beaucoup d'émotion car elles me racontent leur histoire, elles pleurent, elles expriment la peur de cet inconnu sans cheveu, de ne pas se sentir bien ou ne pas être aimée par un homme. Ce sont des choses qu'on exprime ici et je suis à l'écoute de cela.

Je suis très heureuse de ce que je fais et ce n'est pas quelque chose qui est difficile pour moi. La difficulté est de répondre aux attentes d'une femme et de remplacer sa chevelure. Le plus difficile est d'obtenir les nuances dans la coloration, mais on relève tous ces défis. Ce qui me plaît dans ce métier c'est d'aider les autres, je me sens bien dans cette mission et je veux être en accord avec moi-même. Je me sens super épanouie dans ce que je fais.

.

Comment l'idée des ateliers beauté vous est-elle venue ?

Pour l'instant, les ateliers se passent en individuel. Au départ, les femmes qui viennent nous voir ont besoin d'être prises en main. Par exemple, apprendre à faire un sourcil est propre à chacune. Même si on a une perruque qui est très belle, si on a ni cils ni sourcils, on perd une partie de nous. Apprendre à dessiner son regard est très important. Cela me paraissait évident de le proposer avec la perruque

Nous sommes en train de développer des ateliers en groupe, notamment des ateliers make up, pour leur permettre aussi de se rencontrer. Ici la convivialité est très importante.

Arrive-t-il que certaines femmes changent complètement de style ?

La plupart des femmes qui viennent suite à une maladie ne vont pas vouloir forcément changer d'image et je les encourage à préserver leur identité, leur coupe, pour qu'elles aient un repère. Pour la première coloration, certaines veulent se laisser tenter par un changement, je leur conseille d'abord d'être ce qu'elles sont et après de tenter des choses qu'elles n'ont jamais osées.

Je n'ai pas été dans un salon de coiffure pendant plus de 15 ans, j'ai subi des ségrégations à cause de ma perruque et c'est pour cela que je tenais à ce qu'il y ait absolument un salon de coiffure chez Alma. Certains salons refusent les femmes ayant des perruques.

.

Vous réalisez aussi des tutos sur Youtube ?

On tourne des tutos pour leur donner des conseils, les accompagner sur tout ce qui est coiffage, maquillage... Et ainsi leur permettre d'être une communauté et avoir des conseils réellement liés à leur routine beauté. L'objectif est de sortir un tuto par mois, en proposant une coiffure facile et accessible. On s'inspire aussi de ce qu'elles demandent.

Plus d'infos sur www.alma-perruques.fr

Suivez aussi Alma sur Facebook ou Instagram.

Séraphine Murat

À ne pas rater