Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Alice Balas et ses perfectos numérotés : rencontre parisienne

Quand on rencontre Alice Balas pour la première fois, on voit d'abord une jeune femme pimpante et rock'n roll, perfecto sur les épaules forcément, crinière libérée et regard vert qui pétille. Une allure rayonnante, une présence naturelle, une voix légèrement cassée aussi qui renforce son magnétisme... Alice est une femme qui sait où elle va et qui capte facilement notre attention. Son histoire ? Celle d'une passionnée de photographie devenue créatrice de perfectos uniques, numérotés, rock mais chic aussi. Une histoire qui ne fait que commencer...

Alice Balas, une jeune femme passionnée

Vraie parisienne comme elle dit, bientôt 30 ans, Alice Balas nous raconte son histoire avec une fluidité et un naturel désarmant, de la période de son concours aux Arts Décoratifs de Paris à son année sabbatique qui lui permet de prendre du recul avant d'intégrer une école de graphisme, ça bouge vite dans la vie d'Alice. Fin de ses études supérieures, elle part à Londres pour Meri Media, un tout jeune projet d'agence de publicité signé Rémi Paringaux. Mais Alice ne tient pas en place. Quatre ans plus tard, elle lâche son job motivée par un désir d'entreprendre.

Le perfecto, un must-have

Alice et les perfectos, l'équation coule de source pour cette Parisienne/Londonienne qui vient d'obtenir son permis moto mais l'avoue sans rougir : "J'ai aussi envie de rock mais déguisé... et j'aime l'aspect hyper déclinable du perfecto qui peut devenir ultra élégant avec du cuir et du jacquard par exemple et peut même perdre entièrement son ADN bikeur avec des zips dorés sur du daim noir". C'est ainsi que l'on apprend que sa mère en a deux (et on ne l'imagine pas tatouée) et que son père comme son frère pourraient porter ses créations pour homme. Car oui cette hyperactive a aussi pensé à eux en croisant le perfecto avec le bombardier, le bomber et le teddy. "Il y a toujours le fameux zip du perfecto mais l'idée est de s'amuser et de proposer quelque chose de pratique".

Le jour où l'histoire a commencé

"C'est quelque chose auquel j'ai pas mal pensé sans y penser vraiment. J'adore le perfecto et je ne trouvais pas le modèle idéal. Je suis partie en Inde dans l'idée de me faire une petite production pour moi et 4-5 pour les copines, ce qui me paierait les miens". Sauf que l'aventure prend un autre tournant quand elle voit les merveilles qui sortent de l'atelier que lui avait conseillé un proche. "Du coup, j'en ai créé 69... Et la machine était lancée !".

Alice Balas Perfectos, la naissance

De retour à Paris elle organise une première vente dans la capitale, au Perchoir. Le groupe Citizens! joue, son réseau fonctionne, il y a du monde, la vente est un succès. De bouche à oreille, sa marque arrive aux oreilles de Mathieu César, Romain Grosjean mais aussi de Tom Burke des Citizens!. Alice Balas Perfectos prend de l'ampleur et la créatrice décide de récidiver l'expérience à Londres : "Je suis partie avec ma voiture, mes vestes dans mon coffre...". De rendez-vous en rendez-vous, elle se creuse une place parmi les jeunes créateurs qui montent. Son appartement parisien devient son showroom : "Je n'avais même plus accès à mon canapé... je ne peux pas ranger mes perfectos, il faut qu'ils restent sur des cintres quand ils arrivent, pour se défroisser, avec un grand drap en lin pour les protéger...". Bonne nouvelle, elle vient de déménager ses portants pour un "vrai" showroom dans le 1er arrondissement de Paris. Une adresse pour la rencontrer, découvrir ses créations numérotées, seulement 3 tailles maximum par modèle, des pièces quasi uniques et signées de la belle plume de l'artiste.

Ce qu'on aime aussi, c'est la beauté de ses linings, l'intérieur de ses perfectos : "L'un a été fait à partir d'une oeuvre de l'artiste Masha Schmidt appelée "las partitas", qui est une sorte d'histoire racontée à l'encre de chine sur une vieille partition de piano appelé "Happy Mood - Esprit Joyeux". Je suis très attachée au rapport avec la musique et l'art et c'est ce genre de collaboration que je souhaite développer. Le deuxième print a été fait avec l'illustratrice Camille Rousseau. Nous avons beaucoup échangé sur l'esprit de la collection, les codes couleurs, et elle a créé cette oeuvre "Gold Trace" qui ressemble à un un test de Rorschach. J'adore les détails du volume de la peinture qui a séchée".

Ses projets en boutique

Approchée par des marques, Alice pourrait bientôt voir ses créations en boutique. Son idée ? Créer et proposer des minis collections tous les quatre mois, de sept ou huit pièces. Des perfectos qui seraient disponibles en plusieurs exemplaires, tailles et donc commercialisables. Ce qui n'est pas possible ou très difficile pour des pièces uniques. Une envie qui ne la fera pas arrêter les commandes en Inde de perfectos numérotés. "Je voudrais pouvoir y aller deux fois par an et pourquoi pas imaginer quelques pièces d'exception pour des personnalités avec un dos brodé par Jean François Lesage par exemple ou des personnalisations encore plus dingues".

Les prix ?

A partir de 650 euros environ pour un modèle basique . Les prix des perfectos uniques varient en fonction de la commande.

www.alicebalas.com
Visite sur rendez-vous au showroom : studioalicebalas@gmail.com

Chloé de Trogoff

À ne pas rater