Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Affaire Gayet/Hollande : Antoine de Caunes pointe Stéphane Guillon du doigt

Si l'affaire Julie Gayet/François Hollande semble petit à petit se tasser, les uns et les autres ont encore bien des choses à dire sur le sujet. C'est le cas par exemple d'Antoine de Caunes qui a récemment décidé de mettre les choses au clair quant à l'"incident" survenu en décembre 2013 sur le plateau du Grand Journal avec Stéphane Guillon.

Bien que pour beaucoup la révélation de l'affaire Julie Gayet/François Hollante qui a mis fin à la relation du président avec Valérie Trierweiler ait été une véritable surprise, d'autres n'ont pas été si étonnés que ça. Parmi ceux que l'affaire n'a pas ébranlé tant que ça par les révélations faites dans le magazine Closer, il y a notamment Stéphane Guillon.

Pas du genre à ménager les susceptibilités et plutôt de ceux qui mettent les pieds dans le plat, l'humoriste avait en partie lâché le morceau sur le plateau du "Grand Journal" d'Antoine de Caunes en décembre dernier. Le garnement de la TV alors en promotion de son film "Les Âmes de papier" avec l'actrice avait alors été pris d'un fou rire de mauvaise augure et avait fini par avouer : "Maintenant, je crois qu'on peut le dire, François Hollande venait sur le tournage. Il aime beaucoup le film. Voilà : le président aime le film, sa femme beaucoup moins".

Un petit incident diplomatique sur lequel revient aujourd'hui l'animateur déterminé à éclaircir les choses. Interviewé dans le magazine Eco Réseau, le nouveau big boss du "Grand Journal" a déclaré : "Je vous jure sur la tête de mes enfants, il n'y avait pas de malice de ma part en posant la question à Julie Gayet". Antoine ne s'arrête pas là et ajoute : "C'est vraiment Stéphane Guillon qui a foutu une merde noire en commentant la passion du président pour le film (...) J'aurais pu saisir la perche et leur demander de quoi ils riaient mais j'ai préféré botter en touche (...) Cela mettait tout le monde mal à l'aise et je ne voulais pas que le plateau soit instrumentalisé à cette fin. C'est pour cette raison que j'ai clos l'incident".

À ne pas rater