Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

ABBA : leur folle idée pour payer moins d'impôts !

Connaissez-vous l'astuce du groupe ABBA pour payer moins d'impôts ? Porter des tenues excentriques, voire moches.

Lorsqu'on parle du groupe suédois ABBA, on pense à leurs cultissimes chansons comme "Honey, Honey", "Waterloo" ou encore "Money, Money, Money" mais aussi aux costumes très colorés et parfois même, d'un goût vraiment douteux. Alors que nous pensions que c'était "la mode de l'époque", ou encore qu'il s'agissait de grosses fautes de goûts du groupe, nous sommes rassurées d'apprendre qu'il n'en est rien de tout cela. Non, la raison pour laquelle les quatre suédois ne lâchaient pas leurs tenues kitsch est purement... fiscale. Étonnant mais bien vrai.

C'est ce que révèle le chanteur et guitariste du groupe Björn Ulvaeus, dans un livre qui célèbre le quarantième anniversaire de la victoire du groupe à l'Eurovision. En effet, une loi suédoise, toujours en vigueur actuellement, permet de déduire de ses impôts les achats de vêtements à partir du moment où ces derniers sont considérés comme étant des tenues importables au quotidien. Bjorn Ulvaeus le concède lui-même : "Pour être honnête, on avait l'air bizarre habillés comme ça. Personne n'a jamais été aussi mal habillé que nous sur scène. Mais on se disait que les gens se souviendraient de nous grâce à nos tenues."

Si on se demande si Amanda Bynes ou encore Paris Hilton, essaie de faire valoir ce droit avec leur tenues de mauvais goût pour l'une et colorées pour l'autre, le fisc suédois est très clair et expliquait dans un ancien communiqué "Il doit uniquement être question de vêtements fantaisie, utilisés sur scène ou bien de tenues portant le nom, le logo de l'employeur ou d'autres attributs qui les distinguent clairement des vêtements ordinaires" (Le Figaro.fr).

Qui va donc expliquer à Amanda Bynes et la Barbie Hilton que la rue n'est pas une "scène" et que cela ne sert à rien de se promener avec un tel accoutrement ?

À ne pas rater