Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

10 festivals pour rester à Paris cet été

L'été à Paris s'annonce mal. Des températures qui ne dépassent pas les 20 degrés, des giboulées "WTF mars c'était il y a trois mois" et des sandales qui à force de prendre l'eau sont déjà à la poubelle, l'été parisien, ça pue déjà.

Un doigt d'honneur de Météo France à nos ardeurs estivales un peu trop pressantes début mars que nous nous devons de lui rendre tant Paris au mois de juillet et août devrait être excitant avec une programmation estivale et musicale de qualité. Chaleur dans nos coeurs.

Pour les malheureux oubliés des congés payés, les nazes en orga qui n'ont pas réservé leur semaine tout compris à Djerba ou les parisiens jusqu'au boutistes pour qui la vie est inconcevable en dehors de Paris intra-muros, petite sélection des meilleurs festivals de l'été à Paris.

Parce qu'on est moche et enrhumé à La Route du Rock, parce qu'il fait trop chaud à Calvi on the Rocks, parce que le festival Coachella est en Californie et que La Rochelle et ses Francofolies nous rappellent trop les vacances avec mamie, 10 bons plans parisiens pour amateurs de bonne musique qui ne coûtent pas un bras.

On commence en toute logique avec Le Bal Blanc du Grand Palais, soirée de clôture du Monumenta de Daniel Buren et accessoirement, Fête de la Musique arty et conceptuelle pour les gens bien, beaux et en place. Le must. Aux autres les groupes amateurs aux mélodies approximatives. Un Bal Blanc cette année donc, au dress code plutôt simple : tenue blanches exigées.

Si certaines mauvaises langues y voient déjà un clin d'oeil aux mythiques soirées blanches d'Eddie Barclay, la vérité est ailleurs : faire participer les invités "à polychromie de l'oeuvre que Daniel Buren a intitulée "Excentrique(s), travail in situ", pour vivre en musique et en mouvement l'expérience de la couleur" selon le communiqué. Et comme chefs d'orchestre de ce dialogue son et lumière, Four Tet, Caribou et Jamie XX. Une belle entrée en matière.

Un peu après le 21 juin, c'est La Plage/Glazart qui ouvre ses portes pour cette troisième édition avec une programmation aussi alléchante que variée. De quoi écouter les pieds dans les cinquante tonnes de sables ramenés pour l'occas' la pop planante de Horse Head, le rap âpre de Sefyu ou assister à la finale du championnat de France d'air Guitar. Entre autres. Mieux que le Paris-Plage de ces dernières années. Vraiment. Et après le 15 juillet, La Plage/Glazart reste ouverte et accueille concerts gratuits, apéros clubbing, showcase, carte blanche et animations. Du mercredi au samedi.

Les Siestes Electroniques investissent les jardins du Musée du Quai Branly pour la deuxième année consécutive. Transfuge parisien de l'édition toulousaine bien installée, désormais incontournable pour les amateurs d'électro minimale et remarquable par la qualité de sa programmation saison après saison, les siestes électroniques à Paris proposent tous les dimanches de juillet des dj set gratuits. Entre découvertes, pointures discrètes et échappées belles, le musée ouvre ses fonds musicaux et son patrimoine sonore aux curieux.

On sort de sa bulle avec le festival Rêverie qui devrait lui bien nous réveiller malgré son nom. Une première édition électro sur deux jours qui promet du bon son avec une affiche bourrée de valeurs sures histoire de ne pas se planter et de plaire à tous pour la première. Carte blanche donc au label Ed Banger le premier soir avec Busy P, Feadz et Mr Oizo qui se partagent la soirée avec Boyz Noise, Para One et DJedDJotronic. Place le samedi à Maya Jane Cole, Azari & III ou Richie Hawtin pour ne pas descendre tout de suite.

On avance un peu dans le calendrier pour se rapprocher de la rentrée avec la deuxième fois du festival We love Green, ami des amateurs de bonne musique et des amoureux de la nature. Pauvre en émission de gaz carbonique mais riche d'une programmation pop et indé (Django Django, Camille, James Blake ou Norah Jones), We love Green devrait nous donner notre shoot écologiquement correct.

La Cité de la Musique et la Salle Pleyel accueillent cette année encore et pour la troisième fois le festival Days Off qui mise sur l'éclectisme des genres et la qualité de son affiche. Outre une carte blanche offerte à Yann Tiersen, on retrouvera Anthony & The Jonhsons, l'aérien et superbe Mondkopf, les sautillants mélancoliques (oui) d'Hot Chip qui s'offrent Breton en première partie, le songwriter Damien Rice ou Wild Beasts. Le festival qui monte chaque année d'un cran dans le top dix des festivals de l'été en France.

Le Paris Jazz Festival revient lui aussi cette saison au parc floral de Paris pour deux mois de jazz pour petits et grands. Une programmation qui se veut ouverte à tous les courants du genre (blues, soul, funk...) autour d'animations, de concerts et d'expériences sensorielles inédites. Un rendez-vous devenu incontournable pour voir les figures majeures du jazz et découvrir les talents émergents d'une scène aussi riche que multiple. Avec Bireli Lagrène, Ibrahim Maalouf, Stéphane Belmondo et Daniel Humair entre autres.

Comment ne pas parler des deux mastodontes des festivals parisiens ? Solidays et Rock en Seine sont toujours là, et font presque toujours mieux chaque année. Et si Rock en Seine fête ses 10 ans cette année en proposant toujours la crème des groupes pop-rock qui tournent en radio et les grands noms du genre (The Black Keys, Placebo, Green Day, Bloc Party ou Stuck in the Sound), le festival impose aussi sur ses scènes cette année des formations un peu plus excitantes (Club Cheval, Miike Snow ou Passion Pit). Même son de cloche pour Solidays qui tape dans les valeurs sûres pour soutenir la lutte contre le Sida en association avec Solidarité Sida. Au programme, Metronomy, Zebda, Birdy Nam Nam, JoeyStar, Brigitte ou The Kills.

On termine enfin avec le lieu de toutes vos soirées parisiennes branchées, j'ai nommé le Wanderlust et sa terrasse de 1600m² qui a ouvert ses portes le 6 juin dernier à La Cité de la Mode et du Design. Lieu d'exposition, club, restaurant, cinéma à ciel ouvert, bar extérieur, le nouveau spot du groupe Savoir Faire (Social Club et Silencio) peut se targuer de proposer une programmation festive qui devrait parler au clubbeurs parisiens à la recherche d'air frais. Jusqu'à fin juillet, les magazines Vice et Trax y poseront leurs matos le temps de soirées entre potes, tout comme Richard Fearless (Death in Vegas), Etienne de Crecy ou Kavinsky.

Caroline Lazard

À ne pas rater