Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Des podiums à la rue : le pantalon chino

Lorsqu'une tendance de podium se retrouve sur le dos des stars et jusque dans la rue, c'est qu'elle mérite qu'on s'y attarde un peu. Contrairement aux idées reçues, le pantalon chino ne doit pas son origine aux créateurs de mode mais à l'armée, d'ailleurs comme beaucoup de basiques masculins qui trônent aujourd'hui dans notre garde robe... L'armée anglaise, soucieuse du confort de ses soldats en poste dans la province du Penjab, créa au 19e siècle un pantalon plus léger et couleur sable pour se fondre dans le décor.

Baptisé dans un premier temps "khaki" (qui signifie "poussière" en hindou), le pantalon beige deviendra "chino", en référence aux Chinois qui vont commencer à le fabriquer. Les soldats américains l'adopteront aussi et le démocratiseront à leur tour un peu partout dans le monde. Les universitaires en feront ensuite l'une des pièces phare du look preppy, avant que les femmes osent le porter dans les années 70.

Si Bill Khakis, pionnier du genre, puis Ralph Lauren ont largement participé à démocratiser le pantalon chino, on le retrouve aujourd'hui dans les collections de nombreux créateurs. Cet été, il s'affichait très classique chez Karen Elson, fluide chez Stella McCartney, destroy chez D&G ou bien sophistiqué chez Dries van Noten.

Les stars l'ont aussi adopté, sans aller pour autant jusqu'à le choisir pour leurs apparitions sur le tapis rouge. Diane Kruger ou encore Jennifer Aniston le portent avec des chaussures à talon, pour un look à la fois chic et décontracté.

Dans la rue, le pantalon chino fait aussi des ravages. Retroussé pour dévoiler les chevilles, escarpins, bijoux et sac griffé... La règle est simple, comme pour toute pièce masculine, il ne faut pas avoir peur de le féminiser et de jouer des contrastes.

Melody Kandyoti

À ne pas rater