Accueil
Mode
Accessoires
Chaussure
Lingerie
Maillot de bain
Morpho
Street Style
Fashion week
Sélection
Beauté
Maquillage
Manucure
Soins
Bien-être
Coiffure
Vernis
Rouge à lèvres
Frange
Balayage
Lissage
Brushing
Coloration
Coiffure afro
Tous les dossiers
Joaillerie
Horlogerie
Mariage
Coiffure de mariage
Maquillage de mariage
Célébrités
1 Star, 1 Style
Copier le look !
Match de look

Zahia : humiliee par les medias, l'ex courtisane ne regrette pourtant pas son passe

Derrière ses airs de Barbie plus vraie que nature, Zahia Dehar est en réalité une petite chose fragile. Poupée calibrée au millimètre près, la demoiselle de 21 ans perd son assurance dès lors que les mots sortent de sa bouche. Voix fluette, mots choisis et hésitation plus que palpable, l'ex "courtisane" reconvertie en femme d'affaires est récemment revenue sur ses débuts sur le plateau de Grand 8 sur Direct 8.

Après avoir révélé être célibataire et passer tout son temps libre avec ses chiens, Zahia qui a récemment ouvert sa maison de pâtisserie/lingerie s'est donc rendue sur le plateau de Laurence Ferrari pour une interview très attendue ce lundi matin. Une interview également très critiquée par Geneviève de Fontenay.

Cuisinée par l'équipe de Grand 8, Zahia peu à l'aise en interview lâche tout de même quelques miettes du gâteau. La jeune femme revient ainsi sur ses débuts en tant que styliste mais aussi sur son processus de création et sa collaboration avec les couturières de Lejaby. Mais ce qui intéresse surtout ce sont les détails de sa vie privée. Audrey Pulvar pose alors la question fatidique, nous ramenant 3 ans en arrière lorsque l'on a découvert cette mystérieuse poupée avec la fameuse affaire Zahia. La styliste confesse alors avoir été humiliée par le traitement très médiatique de l'affaire. "En fin de compte, j'ai toujours décidé pour moi, le regret c'est l'humiliation que j'ai vécue et le fait que ça ait été divulgué" lâche-t-elle en conclusion. Fière et pudique à la fois, l'ancienne call girl qui préfère que l'on dise courtisane assume en tout cas ses actions passées mais s'impose comme défenseuse de l'honneur mais aussi de la condition des femmes. Allant un peu plus loin, Zahia qui ne s'attarde pas vraiment sur l'affaire de prostitution qui sera d'ailleurs jugée début 2014, s'anime davantage sur la cause des femmes arabes.

Bilan de l'interview, on n'apprend rien que l'on ne savait déjà sur Zahia, mais on la découvre encore plus fragile que l'on pensait. Elle avoue d'ailleurs de sa voix de poupée de porcelaine en stilettos : "Si j'avais quelque chose à changer, je voudrais arrêter d'hésiter quand on me pose des questions. J'ai un peu de mal à répondre aux questions simples".

À ne pas rater
Sur le même thème
Enora, son passé chez Cauet : elle regrette sa période "putassière"