In/Out : la marinière boit la tasse

Publiée Le Mardi 7 Décembre 2010 à 18:54

Qui ne possède pas au moins une marinière dans son dressing ? Érigée au rang de must have, cette pièce à l'origine masculine à su faire son petit bonhomme de chemin, des bateaux de marins aux dressings des fashionistas.

Shopping list

  • 1/26
En 1955, Audrey Hepburn prend la pose en marinière classique pour un petit air d'étudiante timide.

Une fois n'est pas coutume, c'est à Coco Chanel que l'on doit notre petite pièce fétiche. A l'origine vêtement réservé aux marins, Mademoiselle le démocratise au début des années 1900 pour notre plus grand bonheur. Dès lors, les stars s'en emparent. Audrey Hepburn, Brigitte Bardot et même Picasso n'hésitent pas à s'adonner à la tendance rayée. Rapidement les créateurs flairent le filon et déclinent le top rayé à leur manière. Jean Paul Gaultier en fait sa pièce fétiche et l'impose très tôt sur les catwalks.

Si la pièce, forte de son aura de vêtement traditionnel comme la petite robe noire, n'a jamais vraiment disparue, c'est à partir de 2008 qu'elle amorce son retour triomphal après quelques années d'errance.

Très "couture", la marinière passe des boutiques comme Amor Lux aux podiums. Elle s'invite sur les silhouettes de Donna Karan, Balmain version sequins, joue les rebelles en graffiti chez Chanel. Point d'ancrage entre les podiums et la rue, les stars partent à l'assaut de la marinière et presque aussitôt le monde entier se barde de rayures.

Mais à force de jouer les matelots tout l'été en slim ou en boyfriend, la marnière commence un peu à prendre l'eau. Comment survivre à la tendance rétro qui frappe de plein fouet nos dressings ?

Comme chacun sait, afin de perdurer l'important est de savoir se renouveler. "La mode passe mais le style reste", disait aussi Coco... Et si la marinière ne devait sa survie au passage en 2011 qu'à l'habilité qu'ont les créateurs pour la détourner ?

Isabel Marant transforme la couleur, Lacoste ou Sonia by Sonia Rykiel lui font prendre de la longueur tandis que chez Jean Paul Gaultier, elle se dévergonde.

Un seul mot d'ordre pour continuer de se la jouer matelot cette saison, on tire un trait sur le look preppy premier degré et on prend le large avec un look décalé. A l'abordage !

 

Marie Bresson-Mignot


sur le même sujet


commentez !

comments powered by Disqus
Plus de news : Tendance mode